Envoyer Imprimer

Des bénéfices à tout âge

Les personnes âgées, qui fument en général depuis très longtemps, sont bien plus exposées aux risques de complications cardiovasculaires et cancéreuses. Le sevrage est bénéfique à tout âge, et cela reste vrai même après 60 ans. Cependant, cette population de fumeurs nécessite un accompagnement spécifique et la mise en place de programmes adaptés.

3emeage

L’arrêt du tabac est bénéfique pour les personnes âgées

Les personnes retraitées aujourd’hui ont commencé à fumer à une époque où le tabagisme était très bien accepté, voire encouragé. En 1953, 69% des hommes et 6% des femmes fumaient (1). Ces dernières ont peu fumé jusqu’à la fin des années 1960.  On estime que plus du quart des seniors ont commencé à fumer dans les années 1960, avant l’âge de 25 ans. Conséquence : le tabagisme fait plus de ravage chez les plus 60 ans que chez les jeunes fumeurs à cause de ces longues années de consommation. Aux USA, par exemple, sur près de 416 000 morts dus au tabac chaque année, plus de 70%  sont des personnes de plus de 65 ans, ceci malgré le fait que le taux de tabagisme soit moins important dans cette catégorie de population que chez les moins de 65 ans. Le tabagisme est une des principales causes de décès chez les seniors, des suites de cancers, en particulier de cancer du poumon, de maladies cardiovasculaires et de maladies respiratoires (emphysème, BPCO…). On estime ainsi que 50% des fumeurs de longue durée vont mourir de maladies liées au tabagisme. Le tabagisme majore également les risques d’ostéoporose et de démence. Pourquoi les seniors continuent-ils à fumer, malgré les campagnes d’information ? Ils évoquent le plus souvent ces motifs : le tabac les relaxe, c’est un plaisir, ils y sont habitués, ils pensent que le sevrage à un âge avancé n’a pas de bénéfices. (2) Or, même à un âge avancé, le sevrage tabagique apporte de réels bénéfices. L’abandon du tabac diminue le taux de mortalité et de morbidité chez les fumeurs, y compris chez ceux qui ont fumé pendant plus de 30 ans. Les effets de l’arrêt sont plus immédiats sur les maladies cardiovasculaires. Les fumeurs qui arrêtent à 65 ans vont regagner deux ans d’espérance de vie en moyenne. L’autonomie et la qualité de vie vont s’améliorer au bout de quelques mois. (3)

Sevrage tabagique : une prise en charge spécifique chez les fumeurs âgés

Des études ont montré qu’il est plus difficile d’arrêter de fumer pour les personnes âgées dont le tabagisme est ancien. Celles-ci ont besoin de plus d’aide pour arrêter, très certainement parce que le tabagisme ne se limite pas à une simple dépendance au tabac mais contribue à définir une identité sociale et personnelle. Arrêter de fumer est pour les seniors un vrai changement existentiel. Une étude réalisée en Suède a montré en outre que le sevrage semblait plus difficile pour les femmes retraitées que pour les hommes. Il semblerait qu’elles soient plus dépendantes à l’odeur de fumée de cigarette. Ce qui pourrait expliquer pourquoi les gommes et les timbres transdermiques aient moins d’effets chez elles que chez les hommes. (4) On sait enfin que les personnes âgées sont réceptives aux conseils des médecins en ce qui concerne l’arrêt du tabac. Les professionnels de santé ont donc un rôle important à jouer, en particulier en rappelant les risques liés au tabagisme (souvent sous-estimés dans cette population) et en  expliquant que le sevrage est bénéfique, même à un âge avancé.

Des traitements spécifiques peuvent être utilisés chez les personnes âgées, principalement pour les fumeurs dépendants. Le traitement substitutif à la nicotine est bien toléré chez les seniors, à condition d’être vigilant en cas d’antécédents cardiovasculaires. La bupropion (Zyban) est utilisable mais à doses adaptées. (5) Les résultats des recherches menées depuis plus de vingt ans ont montré en outre que le conseil et le soutien de suivi étaient efficaces chez les personnes âgées. Pour les seniors qui fument depuis longtemps, des interventions plus adaptées devraient être mises en place : counseling individuel, collectif ou téléphonique, thérapies cognitives et comportementales (TCC). Différentes études ont montré que les programmes de prévention peuvent aussi bien réussir avec les personnes âgées qu’avec des populations plus jeunes, à condition de les adapter : les programmes devraient souligner les bénéfices du sevrage pour la santé et les risques auxquels les seniors peuvent échapper, prévoir des dates de sevrage, utiliser des techniques de modification du comportement, fournir des stratégies pour gérer le stress, traiter les symptômes de manque. (6) Il reste donc à instaurer des programmes spécifiques, y compris dans les maisons de retraite. Pour l’instant,  très peu d’entre elles ont mis en place des programmes anti-tabac.

Le sevrage tabagique des personnes âgées : les facteurs de réussite

Les personnes âgées ne décident pas d'arrêter de fumer pour les mêmes raisons que les plus jeunes. Des antécédents de problèmes de santé sont notamment à l'origine de la volonté d’arrêter de fumer. Ainsi, le fait d’avoir au moins une maladie chronique et d’en sentir les effets augmente de façon significative les chances d’arrêt du tabagisme chez les seniors. Des études ont montré plusieurs indicateurs de réussite du sevrage des personnes âgées : un précédent arrêt de tabac d’au moins un an, un taux de dépendance à la nicotine moins important, une entrée plus tardive dans le tabagisme régulier, un conjoint non-fumeur et peu ou pas de connaissances qui fument, des rencontres fréquentes avec un pharmacien ou un médecin pour les seniors utilisant des patchs. Le profil des seniors qui ont le plus de chances d’arrêter de fumer ?  Les personnes mariées, avec un diplôme universitaire, avec un haut revenu, bien informées des dangers du tabagisme passif présentaient tous des cas de réussite de sevrage. A l’inverse, les personnes ayant un faible niveau d’études, sans source de soin régulière et avec une détresse psychologique ou souffrant d’angoisse avaient moins de chances de faire partie des anciens fumeurs. Des interventions psycho-comportementales pourraient aider ces populations. Les programmes utilisés pour les personnes âgées devraient prendre en compte ces indicateurs de réussite ou de non-réussite au sevrage.

Références

  1. Mauffret et alii, La loi relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme. Rapport d’évaluation. Conseil national de l’évaluation, 1999
  2. Donzé et al., Determinants of smoking and cessation in older women, Age and Ageing, 36, 1, 53-572007
  3. Roche J., Tabagisme de la personne âgée, NPG, volume 8, numéro 45, 2008
  4. Lundqvist, Gunnar; Weinehall, Lars; Ohman, Ann, Attitudes And Barriers Towards Smoking Cessation Among Middle Aged And Elderly Women: A Qualitative Study In Family Practice, The Internet Journal of Health, March 25, 2007
  5. Roche J., Tabagisme de la personne âgée, NPG, volume 8, numéro 45, 2008
  6. Appel, DW, Aldrich TK, Smoking cessation in the elderly, Clinics in geriatric medicine, 2003
  • Fernadez L., Finkelstein-Rossi J., Berrnoussi A., Le tabagisme des seniors, in Les addictions du sujet âgé, Paris, In Press, 27-41, 2009
  • Roche J., Tabagisme de la personne âgée, NPG, volume 8, numéro 45, 2008
  • Appel, DW, Aldrich TK, Smoking cessation in the elderly, Clinics in geriatric medicine, 2003
  • L. C. Dale, D. A. Olsen, C. A. Patten, D. R. Schroeder, I. T. Croghan, R. D. Hurt, K. P. Offord, and T. D. Wolter, Predictors of smoking cessation among elderly smokers treated for nicotine dependence , Tobacco Control, 1997
  • Honda K., Psychosocial correlates of smoking cessation among elderly ever-smokers in the United States, Addictive behaviors, 2005
  • DM Burns, Cigarette smoking among the elderly: disease consequences and the benefits of cessation, American journal of health promotion: AJHP, 2000
  • ASM Abdullah, LM Ho, YH Kwan, Cheung WL, McGhee SM, Chan WH, Promoting Smoking Cessation Among the Elderly, Journal of Aging and Health, 2006
  • JA Bergman, J L Falit, Non-smoking policies, tobacco education, and smoking cessation programmes in facilities serving the elderly in Michigan, United States, Tobacco Control, 1997
  • Elhassan A, Smoking cessation in the elderly, Clinical Geriatrics, 2007
  • HE Whitson, MT Heflin, Burchett BM,  Patterns and predictors of smoking cessation in an elderly cohort, Journal of the American Geriatrics Society, 2006
  • Gohlke H. Eur J, Is it worth offering cardiovascular disease prevention to the elderly?, Eur J Cardiovasc Prev Rehabil,  2011
  • Medbø A, Melbye H, Rudebeck CE, "I did not intend to stop. I just could not stand cigarettes any more." A qualitative interview study of smoking cessation among the elderly. BMC Fam Pract. 2011
  • Besdine RW, Wetle TF., Improving health for elderly people: an international health promotion and disease prevention agenda, Aging Clin Exp Res, 2010

 

Auteur: Anne-Sophie Glover-Bondeau / mars 2012

Mise à jour le Mardi, 03 Avril 2012 09:20