Le cancer du larynx chez le.la fumeur.euse

A,Senior,Is,Suffering,From,A,Sore,Throat
Docteur-Marc-Bollet

Rubrique Interview

Le cancer du larynx chez le.la fumeur.euse et les traitements possibles en oncologie et radiothérapie

Un article du Docteur Marc Bollet – Oncologue Radiothérapeute au centre d’oncologie Hartmann

Le cancer du larynx fait partie des cancers tête et cou et touche généralement plus les hommes que les femmes.

Le facteur de risque principal de cette pathologie est le tabac, potentialisé par la consommation élevée d’alcool. Sa prise en charge thérapeutique présente différentes options, selon le type de tumeur mise en évidence lors du diagnostic.

Le cancer du larynx : données épidémiologiques

En Suisse, environ 270 personnes sont diagnostiquées d’un cancer du larynx chaque année (1). Cette tumeur touche particulièrement les hommes (pour 85 % des patients touchés, contre 15 % de femmes), mais atteint aussi de plus en plus de femmes dont le nombre de fumeuses a tendance à croître. L’incidence de cette pathologie augmente avec l’âge. Au moment du diagnostic, plus de la moitié des personnes touchées sont âgées de 50 à 69 ans et environ 40 % sont âgés de plus de 70 ans (2).

Les chances de survie et de guérison varient fortement, selon la localisation du cancer du larynx, l’âge des patients au moment du diagnostic, et le stade de la maladie. Elles peuvent osciller de 20 à 90 %, en fonction de tous ces paramètres.(2)

Le larynx est un organe cartilagineux qui se situe entre le pharynx et le commencement de la trachée. Il est impliqué dans la fonction respiratoire et empêche les aliments d’entrer dans la trachée lorsque l’on mange. Il contient les cordes vocales, qui servent à la formation des sons et donc, de la parole. En règle générale, le cancer prend naissance dans la muqueuse qui tapisse le larynx. Mais il peut aussi toucher les cordes vocales, l’épiglotte ou la margelle laryngée.

Les cancers des voies aérodigestives supérieures, comme le larynx, présentent de nombreuses caractéristiques communes.

shutterstock_1027534258

Trois grands types de tumeurs malignes du larynx

Il existe trois grands types de tumeurs malignes du larynx selon leur siège initial (3) :

  • le cancer glottique, au niveau des cordes vocales (qui représente environ 2 tiers des tumeurs diagnostiquées)
  • le cancer sus-glottique, au-dessus des cordes vocales (qui représente environ 1 tiers des diagnostics)
  • le cancer sous-glottique, sous les cordes vocales (tumeurs plus rares)

Il existe d’autres types de cancers du larynx plus rares, comme des tumeurs des glandes salivaires accessoires, des mélanomes, des lymphomes ou des sarcomes.

Le facteur de risque majeur de l’apparition du cancer du larynx est la consommation tabagique. L’alcool potentialise ce risque et augmente les chances de voir apparaître cette pathologie. Le risque est donc plus élevé en présence d’une association tabac-alcool.

D’autres facteurs peuvent augmenter le risque de cancer du larynx, comme la papillomatose laryngée virale, l’inhalation de certaines substances irritantes, vapeurs de métaux ou produits chimiques.

Les symptômes du cancer du larynx

Certains signes cliniques peuvent révéler la présence d’un cancer du larynx, notamment lorsqu’ils persistent (4).

Il peut s’agir :

  • d’une dysphonie (modification de la voix ou difficulté à parler) qui apparaît petit à petit et qui dure ;
  • d’une voix enrouée chronique ;
  • d’une toux persistante ;
  • de crachats sanguinolents ;
  • d’une gêne dans la gorge, avec le besoin de se racler la gorge constamment ;
  • de difficultés respiratoires ;
  • de difficultés pour déglutir ;
  • de douleurs qui peuvent irradier jusqu’à l’oreille ;
  • d’une fatigue inhabituelle ;
  • d’une perte d’appétit ;
  • d’une perte de poids.

Le symptôme le plus évocateur est la dysphonie, notamment lorsqu’elle apparaît chez une personne fumeuse qui consomme de l’alcool.

Il est vivement recommandé de consulter votre médecin en cas de persistance de ces signes cliniques au-delà de trois semaines.

La consultation auprès d’un médecin oto-rhino-laryngologue (ORL) est nécessaire pour établir le diagnostic médical de cancer du larynx. Celui-ci va procéder à un examen clinique minutieux sous anesthésie de la bouche, de la gorge, du larynx et de la trachée avec un endoscope. Il pourra procéder à des prélèvements biopsie dans les zones suspectes.

Une échographie et un scanner peuvent aussi être demandés afin de visualiser la région du cou.

L’arsenal thérapeutique en oncologie pour traiter le cancer du larynx

La stratégie thérapeutique du cancer du larynx dépend de plusieurs critères comme le type de tumeur retrouvée aux examens, son grade, son stade, l’étendue de la maladie, etc.

Selon son stade, l’équipe médicale peut décider d’avoir recours à la chirurgie ou à un traitement médical.

La chirurgie

Le type de chirurgie dépend aussi du stade de la maladie. En règle générale, l’équipe médicale fait tout son possible pour conserver le larynx. Le geste peut consister à réaliser :

  • une laryngectomie totale pour retirer la totalité du larynx, si le cancer est trop étendu notamment au cartilage laryngé (en dernier recours) ;
  • une laryngectomie partielle pour retirer une zone délimitée du larynx en cas de tumeur moins volumineuse, de façon à conserver l’aspect fonctionnel de l’organe (déglutition, phonation).

La chimiothérapie

Une chimiothérapie peut être nécessaire, notamment en cas de laryngectomie partielle. Il est possible de recourir à un seul médicament ou à 2 médicaments ou plus, utilisés alors en association afin de traiter la maladie.

Les agents chimiothérapeutiques les plus fréquemments employés (seul ou en association) dans le cadre du traitement du cancer du larynx sont :

  • cisplatine
  • carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ)
  • paclitaxel (Taxol)
  • docétaxel (Taxotere)
  • 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU)

Lorsque le traitement associe chimiothérapie et radiothérapie, il est fréquent que l’équipe médicale propose un protocole avec du cisplatine (1x par semaine) durant 3 semaines en même temps que les séances de radiothérapie.

Thérapies ciblées

Dans certains cas, on associe la chimiothérapie à une thérapie ciblée par du cetuximab (Erbitux). Les médecins peuvent aussi l’administrer associé à la radiothérapie externe chez les patients qui tolèrent mal les effets indésirables du traitement de chimioradiothérapie. (5)

La radiothérapie

Une radiothérapie externe peut compléter ces traitements. Elle est souvent proposée en cas de chirurgie de résection totale du larynx, de réponse insuffisante à la chimiothérapie postchirurgie conservatrice, ou de façon concomitante à la chimiothérapie (en même temps).

L’intérêt de la radiothérapie dans le traitement du cancer du larynx

La radiothérapie externe est l’un des traitements de référence pour traiter les cancers du larynx.

Pour ce type de cancer, on utilise surtout la radiothérapie externe conformationnelle tridimensionnelle, ou la radiothérapie externe conformationnelle avec modulation d’intensité.

Elle est généralement proposée :

  • comme traitement principal d’une tumeur du larynx de stade précoce, ou si votre état de santé ne permet pas de recourir à la chirurgie ;
  • dans le cadre d’une chimioradiothérapie concomitante, comme traitement principal d’une tumeur volumineuse ou d’un cancer qui a envahi les ganglions lymphatiques avoisinants ;
  • après un geste chirurgical, pour supprimer les cellules tumorales restantes et limiter le risque de récidive du cancer, complétée ou non par une chimiothérapie ;
  • après l’intervention chirurgicale si la tumeur ne peut être totalement retirée ou si la maladie a envahi les ganglions lymphatiques proches ;
  • en traitement palliatif, pour soulager la symptomatologie engendrée par un cancer du larynx avancé.

Habituellement, le protocole de traitements d’une radiothérapie pour cancer du larynx s’étale sur environ 7 semaines, à raison de 5 séances par semaine.

Références

  1. Le cancer en Suisse, rapport 2021 – Etat des lieux et évolutions, PDF à télécharger.
  2. Ligue suisse contre le cancer (2018)
  3. Adeel M, Faisal M, Rashid A, Usman S, Khaleeq U, Abbas T, Rehman A, Malik K, Hussain R, Jamshed A. An Overview of Laryngeal Cancer Treatment at a Tertiary Care Oncological Center in a Developing Country. Cureus. 2018 Jun 1;10(6):e2730. doi: 10.7759/cureus.2730  . PMID: 30083491  ; PMCID: PMC6070066.  
  4. Koroulakis A, Agarwal M. Laryngeal Cancer. 2022. National Library of Medicine. National Cencer for Biotechnology Information. StatPearls [Internet].
  5. Parmar A, Macluskey M, Mc Goldrick N, Conway DI, Glenny A-M, Clarkson JE, Worthington HV, Chan KKW. Interventions for the treatment of oral cavity and oropharyngeal cancer: chemotherapy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2021, Issue 12. Art. No.: CD006386. DOI: 10.1002/14651858.CD006386.pub4

Letzte Bearbeitung: