Hypnose pour arrêter de fumer

Hypnose pour arrêter de fumer

L’hypnose se présente comme un moyen d’action sur les impulsions afin de diminuer votre envie de fumer ou de renforcer votre volonté à arrêter. Elle va vous aider à vous concentrer sur votre démarche de sevrage tabagique.

Il y aurait 5 façons de pratiquer l’hypnose dans le cadre du sevrage tabagique:

  1. Suggérer directement au fumeur de changer de comportement.
  2. Modifier sa perception face à son comportement de dépendance.
  3. Pratiquer une hypno-aversion, c’est à dire suggérer au sujet que fumer lui répugne.
  4. Favoriser une autohypnose, comme adjuvant du traitement hypnotique.
  5. Utiliser l’hypnose comme adjuvant à la psychothérapie verbale.

L’hypnose est souvent associée à des méthodes comportementales: imagerie, suggestions, désensibilisation, auto-relaxation, méthodes aversives, renforcements positifs ou négatifs, comportements de substitution etc…

Elle peut se pratiquer en groupe.

L’hypnose selon Herbert Spiegel

Cette méthode, qui inclut également l’autohypnose, comporte trois suggestions essentielles:

L’hypnose selon Milton Erickson

Cette approche vise à retrouver le plaisir de se sentir libre. Le tabagisme n’est pas évoqué pendant les séances. En tant qu’ex-fumeur.se, vous serez soutenu.e par les paroles persuasives et évocatrices du praticien. Vous plongerez dans votre inconscient pour y puiser de nouvelles ressources. Vous choisirez les solutions au problème que vous souhaitez résoudre. Vous effectuerez une transformation intérieure positive. Les séances s’effectuent principalement en individuel.

Efficacité de l’hypnose dans le sevrage tabagique 

Beaucoup d’études annoncent de bons taux de sevrage avec l’hypnose. Ce sont néanmoins des études non contrôlées et non randomisées. De fait, il est difficile de prouver et d’isoler l’efficacité de l’hypnose dans le sevrage tabagique. Non seulement il existe de nombreuses manières de pratiquer l’hypnose, mais cette dernière est souvent associée à d’autres méthodes.

Une méta-analyse de 2019 de la revue Cochrane montre des résultats similaires aux thérapies comportementales ou aux aides pharmacologiques en termes d’abstinence à six mois. Elle met en évidence une hétérogénéité significative entre les résultats des différentes études, avec des résultats contradictoires concernant l’efficacité de l’hypnose comparée à celles de l’absence de traitement, du conseil ou du traitement (1) (2). Ces différents essais ont porté sur des hypnothérapies de types et d’intensités variées et les ont comparées à différentes conditions de contrôle, comme l’absence de traitement, les conseils brefs ou le counseling antitabagique. Cette méta-analyse n’a pas pu isoler l’efficacité de l’hypnose en matière de sevrage tabagique ou sa supériorité sur d’autres méthodes de sevrage. On peut juste dire qu’il est possible que l’hypnothérapie puisse être aussi efficace que le counseling (échanges lors d’une rencontre avec un professionnel de santé), mais on ne dispose pas aujourd’hui de suffisamment de preuves pour en être certain.

Une étude plus ancienne, publiée en 2013 (3) n’avait déjà pas pu prouver l’efficacité ou la supériorité de ce traitement par rapport à d’autres méthodes de sevrage. Les taux d’abstinence de 15 à 18% (6 mois après l’intervention) sont cependant nettement supérieurs à ceux des personnes arrêtant de fumer sans aucune aide, soit environ 7%. Ce qui montre « que le contact avec un thérapeute et/ou l’entraînement mental a été efficace » concluent les auteurs de l’étude. Mais ils soulignent que l’effet groupe ou une forte motivation de départ des participants pourrait également expliquer ce taux supérieur. Élément intéressant: deux semaines après l’intervention, les symptômes de sevrage étaient nettement plus faibles chez les non-fumeurs du groupe traités par hypnose que chez les non-fumeurs traités par la détente.

Une étude randomisée (2008) a montré un taux d’arrêt de 20% à 12 mois, pour des séances d’hypnose combinées avec des patchs à la nicotine(4).

Il serait utile que d’autres essais contrôlés randomisés apportent plus d’information sur l’efficacité éventuelle de l’hypnose dans des approches combinées mais aussi pour quels types de fumeurs.ses l’hypnose pourrait être bénéfique.

Références

  1. Barnes  J, McRobbie  H, Dong  CY, Walker  N, Hartmann‐Boyce  J. Hypnotherapy for smoking cessation. Cochrane Database of Systematic Reviews 2019, Issue 6. Art. No.: CD001008. DOI: 10.1002/14651858.CD001008.pub3
  2. Jo Barnes , Christine Y Dong , Hayden McRobbie , Natalie Walker , Monaz Mehta and Lindsay F Stead , Hypnotherapy for smoking cessation, NsReview,  Online Publication Date: October 2010
  3. Maria Dickson-Spillmann, Severin Haug and Michael P Schaub,  Group hypnosis vs. relaxation for smoking cessation in adults: a cluster-randomised controlled trial, Article publié dans BMC Public Health 2013, 13:1227
  4. Carmody TP, et al Hypnosis for smoking cessation: a randomized trial.Nicotine Tob Res. 2008 May;10(5):811-8. doi: 10.1080/14622200802023833.

Dernière modification: