Un vieillissement prématuré de la peau

On connaît bien les dangers du tabac pour notre santé mais on sait moins que c'est aussi un ennemi de la peau, dont il accélère le vieillissement, en particulier chez les femmes. Zoom sur les méfaits esthétiques du tabac.

Le vieillissement cutané lié au tabac

Le vieillissement cutané lié au tabagisme a fait l'objet de nombreuses études cliniques, puis de façon plus récente, d'études biochimiques in vivo et in vitro qui ont montré que le tabac était un facteur indépendant de vieillissement cutané, notamment chez les femmes, avec un effet dose dépendant. Les signes de ce vieillissement cutané? Plus de rides précoces et une élastose ( altération du tissu élastique) du derme moyen et profond, des phénomènes démontrés par des études cliniques classiques. En 1971, une étude sur 1104 sujets a mis en évidence l'association significative entre les rides du visage et le tabagisme. Elle a montré que les rides du canthus externe (patte d'oie) étaient plus profondes et plus larges chez les fumeurs que chez les non-fumeurs et que dans le groupe des fumeurs les rides étaient plus importantes chez les gros fumeurs (plus de 10 cigarettes par jour ou fumeurs depuis plus de 15 ans). (1) En 1985, Model a défini le visage type du fumeur (the smoker's face). Ses caractéristiques? Rides profondes sur les joues, rides ou ridules irradiant perpendiculairement aux lèvres et depuis le coin des yeux, visage amaigri avec pommettes saillantes, aspect atrophié, desséché, grisâtre de la peau.) (2) Plus récemment, en 1995, l'étude de Ernster sur 1136 fumeurs a montré un risque relatif d'apparition de rides modérées à sévères de 2,3 chez les hommes fumeurs et de 3,1 chez les femmes fumeuses comparé aux non-fumeurs. (3) Une étude menée sur 407 sujets coréens en 2003 a montré elle aussi une nette relation entre l'importance des rides et le statut tabagique (odd ratio à 2,8 pour 30 paquets année, à 5,5 pour 50 paquets année, à 3,7 chez les femmes). (4) Des études biochimiques récentes in vivo et in vitro ont confirmé que le tabagisme entraîne un vieillissement cutané. (5) Une technique de modeling au silicone avec assistance informatique sur 350 participants a également révélé un risque relatif de 2,72 d'apparition de rides modérées à sévères chez les fumeurs par rapport aux non-fumeurs. Les gros fumeurs (consommation supérieure à 50 paquets-année) auraient 4,7 fois plus de risques d'avoir des rides qu'un non-fumeur indépendamment de l'exposition au soleil.

La combinaison tabagisme et exposition au soleil semble avoir un effet synergique sur le vieillissement cutané, notamment chez les femmes. L'étude sur 407 sujets coréens est arrivée à ces résultats: l'Odd ratio pour un effet indépendant et combiné du tabagisme et de l'exposition au soleil sur les rides est de 2,20 pour le tabagisme seul, 4,19 pour l'exposition au soleil seul et de 10,78 pour l'association des deux. Autre cofacteur de ce vieillissement cutané: les œstrogènes. Explications: les oestrogènes ralentissent le vieillissement cutané. Ils ont un rôle sur la composition collagénique du derme. La décroissance naturelle liée à l'âge de la concentration en oestrogènes participe au vieillissement cutané. Or, la nicotine induit une diminution de la quantité d'oestrogènes. Cela pourrait favoriser une accélération du vieillissement cutané chez la femme.

Vieillissement cutané lié au tabac: mécanismes

La pathophysiologie de l'apparition des rides et des signes de vieillissement chez les fumeurs est multifactorielle. La fumée de tabac activée par les rayons UVA et UVB aurait un effet phototoxique. Le tabagisme diminue en outre le taux d'eau dans la couche cornée ce qui pourrait expliquer la peau sèche des fumeurs. Les fibres du tissu conjonctif sont également affectées par le tabac qui entraîne une diminution de la synthèse du collagène. Des produits toxiques contenus dans le tabac dégradent les structures fondamentales du derme. Ils accélèrent notamment la destruction des fibres élastiques qui donnent la souplesse à la peau. En outre, la fumée de cigarette est l'une des plus grandes sources exogènes de radicaux libres. Ceux-ci sont responsables de la mauvaise oxygénation des cellules, ce qui entraîne une altération des fibres de collagène et d'élastine. L'inhalation de la fumée de cigarette contracte les vaisseaux sanguins, ce qui réduit le débit d'oxygène et de nutriments essentiels dans les tissus cutanés. Elle se ride donc plus vite et devient fragile. Des études in vivo récentes ont commencé à révélé les mécanismes moléculaires qui expliquent le vieillissement prématuré de la peau lié au tabagisme. Des niveaux élevés de métalloprotéinases matricielles (MMP-1), des enzymes, sont présents dans le derme profond des fumeurs. Ces MMP-1 provoquent une dégradation du collagène et des fibres d'élastine. Des études suggèrent que c'est l'hexane, un produit chimique contenu dans la fumée de cigarette, qui entraîne une réaction du MMP-1 dans les fibroblastes. (6) Le tabagisme entraîne la formation d'un tissu élastique anormal dans le derme (élastose). Cette élastose est d'aspect comparable à l'élastose solaire.

D'autres dommages esthétiques

Le tabagisme a d'autres effets cutanés. On sait depuis les années 1960 que le tabagisme entraîne une cicatrisation plus lente de la peau. Le mécanisme le plus important est certainement la réduction du flux sanguin dans la peau. Cela diminue l'apport d'oxygène et de nutriments dans la plaie, ce qui augmente la durée de guérison. Autre mécanisme probablement à l'origine des problèmes de cicatrisation chez les fumeurs, la diminution de la production du collagène. En diminuant le flux sanguin vers la peau endommagée, le tabagisme augmente aussi les risques d'infection post-opératoires. Des opérations de cancer du sein chez des fumeuses ont montré un risque d'infections des cicatrices, de nécrose, d'épidermolyse (fragilité de la peau). Face à ce problème de cicatrisation, certains chirurgiens plasticiens demandent à leurs patients d'arrêter de fumer avant toute intervention. Autres problèmes dermatologiques liés au tabac: acné - une relation significative a été établie entre la prévalence de l'acné et le nombre de cigarettes fumées quotidiennement-, jaunissement des doigts (xanthochromies) des ongles (xanthonychies) mais aussi des dents, psoriasis - l'association entre tabac et psoriasis semble plus forte chez les femmes-, pustulose palmo-plantaire. Le tabagisme atteindrait aussi les cheveux, avec une chute et un grisonnement plus précoces.

Après l'arrêt du tabac, la peau retrouve assez vite une certaine élasticité et perd sa couleur grisâtre. N’hésitez plus, arrêtez de fumer pour sauver votre peau !

Références

(1) Daniell HW, Smoker’s wrinkles. A study in the epidemiology of « crow’s feet », Ann Intern Med, 1971

(2) Model D, Smoker’s face : Who are the smokers ?, Br Med J 1985

(3) Ernster VL, Grady D, Miike R et al, Facial wrinkling in men and women, by smoking status. Am J Public Health, 1995

(4) Kennedy C, Baqtiaens MT, Bajdik CD et al, Leiden Skin Cancer Study. Effect of smoking and sun on the aging skin, J Invest Dermatol 2001

(5) Par exxemple :Yin L, Morita A, Tsuji T, Skin aging induced by ultraviolet exposure and tobacco smoking : evidence from epidemiological and molecular studies. Photodermatol Photoimmunol Photomed 2001; 17:178-83; Lahmann C, Bergemann J, Harrison G, Young AR, Matrix metalloproteinase-1 and skin ageing in smokers. Lancet 2001; 24, 357:935-6

(6) A Morita, K Torii, A Maeda, Y Yamaguchi, Molecular basis of tobacco smoke-induced premature skin aging, Journal of Investigative Dermatology Symposium Proceedings (2009) 14, 53–55; doi:10.1038/jidsymp.2009.13

  • Patel BD, Loo WJ, Tasker AD, Screaton NJ, Burrows NP, Silverman EK, Lomas DA, Smoking related COPD and facial wrinkling: is there a common susceptibility? Thorax. 2006 Jul;61(7):568-571. Epub 2006 Jun 14.
  • Freiman A, Bird G, Metelitsa AI, Barankin B, Lauzon GJ. J Cutan, Cutaneous effects of smoking. Med Surg. 2004 Nov-Dec;8(6):415-23.
  • Leonardi-Bee J, Ellison T, Bath-Hextall F. Smoking and the Risk of Nonmelanoma Skin Cancer: Systematic Review and Meta-analysisSmoking and the Risk of Nonmelanoma Skin Cancer. Arch Dermatol. 2012 Jun 1:1-8. doi: 10.1001/archdermatol.2012.1374.
  • Ortiz A, Grando SA. Smoking and the skin. Int J Dermatol. 2012 Mar;51(3):250-62. doi: 10.1111/j.1365-4632.2011.05205.x.
  • Morita A. Tobacco smoke causes premature skin aging. J Dermatol Sci. 2007 Dec;48(3):169-75. Epub 2007 Oct 24. Review.
  • CM Seitz, RW Strack, DL Wyrik, Cigarette Smoking and Facial Wrinkles: A Review of the Literature- Journal of Smoking, Cessation, 2012 - Cambridge Univ Press
  • A Dupati, Yolanda R Helfrich, Effect of cigarette smoking on skin aging- Expert Review of Dermatology, 2009
  • MA Farage, KW Miller, P Elsner, H. I. Maibach, Intrinsic and extrinsic factors in skin ageing: a review, International journal of Cosmetic Science, volume 30, issue 2, 2008
  • WB Grant - On the roles of solar ultraviolet irradiance and smoking on the diagnosis of second cancers after diagnosis of melanoma, Dermato-Endocrinology, 2012
  • A Morita, K Torii, A Maeda, Y Yamaguchi, Molecular basis of tobacco smoke-induced premature skin aging, Journal of Investigative Dermatology Symposium Proceedings (2009) 14, 53–55; doi:10.1038/jidsymp.2009.13
  • A Morita - Tobacco smoke causes premature skin aging- Journal of dermatological science, 2007 - Elsevier

Auteur: Anne-Sophie Glover-Bondeau / septembre 2012

  • icon E-cig : participez à une étude
  • icon Participez à une étude de l’efficacité de l’application Stop-tabac
bandeau bottom
 

Documentation

brochures

Brochures - Images - Autocollants

www.stop-alcool.ch

http://www.stop-cannabis.ch

logo

Accepter les Cookies ?