Tabagisme et apnées du sommeil (SAOS)

Asian,Man,With,Sleep,Apnea,Using,Cpap,Machine,,Wearing,Headgear

Fréquent, le syndrome d’apnées du sommeil peut avoir des conséquences graves. La cause ? Une obstruction des voies aériennes supérieures.

Les facteurs de risque

Le syndrome d’apnées du sommeil (SAOS) touche entre 3 et 7% des hommes adultes et entre 2 et 5% des femmes adultes. Les facteurs qui augmentent les risques d’apnées du sommeil sont:

Que se passe-t-il exactement durant l’apnée du sommeil?

Durant le sommeil, la respiration n’est pas régulière. Elle est entrecoupée d’épisodes répétés d’interruptions (apnées ou arrêt de la respiration) ou de diminutions significatives de la ventilation (hypopnées) pendant plus de 10 secondes.

La réduction du flux aérien s’accompagne d’une baisse de l’apport d’oxygène dans le sang et d’épisodes de micro-éveils.

Dans 90% des cas, le syndrome d’apnées du sommeil résulte d’un mécanisme d’obstruction des voies aériennes supérieures.

Les symptômes les plus fréquents du SAOS

Risques liés au syndrome d’apnée du sommeil

Ce syndrome est un facteur de morbidité et de mortalité accrues essentiellement en rapport avec

De nombreuses études ont démontré le lien entre SAOS et les principaux mécanismes liés à l’athérosclérose: stress oxydatif, activation des cellules inflammatoires, hausse des niveaux des marqueurs systémiques d’inflammation. (5)

La mortalité croît avec la sévérité du SAOS. Dans une étude menée sur 385 patients souffrant de SAOS, ceux avec un indice apnées-hypopnées supérieur à 20 présentaient une mortalité plus importante que ceux dont le score était inférieur à 20. (6) Les malades avec un SAOS modéré et avec un IAH supérieur à 20 ont une surmortalité de 13% à 5 ans alors que ceux atteints d’une forme plus légère ont une mortalité accrue de 4% à 5 ans. (7)

Le tabac, un facteur de risque?

Les données scientifiques évaluant l’association du tabagisme et le syndrome d’apnée du sommeil reste limitées et controversées. Souvent les échantillons de personnes étudiées sont trop petits pour détecter une réelle différence entre fumeurs et non-fumeurs. Une méta-analyse (2018), passant en revue 14 études a démontré que le SAOS n’avait aucune association avec le tabac, mais présentait une association positive avec l’alcool (8).

En 2021, une étude effectuée auprès de 384 patients (diagnostiqués SAOS) a détecté un taux plus élevé d’AOS sévère chez les hommes fumeurs et les fumeurs (avec un Indice de masse corporel < 30) (9). Une autre étude conclue que, même si un effet isolé du tabagisme sur le SAOS n’a pas pu être mis en évidence, le nombre de cigarettes/jour, le nombre de paquets/années et la dépendance (Test de Fägerstrom) étaient plus élevés chez les patients souffrant d’un SAOS et cela avec une plus forte prévalence des co-morbidités liées au maladies cardiovasculaires (10). Une autre étude auprès de 3’613 patiens atteints d’AOS (2018) suggère que les fumeurs actifs peuvent développer le SAOS plus tôt dans leur vie et que le SAOS chez les fumeurs actuels peut être plus grave (11).

La fumée de cigarette peut modifier les propriétés mécaniques et neuronales des voies aériennes supérieures. (12) Le tabagisme est aussi associé à une inflammation des voies respiratoires et à un œdème ce qui entraîne une diminution du calibre des voies respiratoires(13-14).

Une étude sur 151 personnes (2013) avec un SAOS confirmé a montré que le pourcentage de sujets ayant un SAOS non sévère (léger ou modéré) était plus important chez les sujets non tabagiques par rapport aux sujets tabagiques. L’index apnées-hypopnées était plus élevé dans le groupe fumeurs que dans le groupe non-fumeurs (15).

Tabac et syndrome d’apnées obstructives du sommeil: augmentation des risques cardiovasculaires

Le syndrome d’apnées du sommeil est un facteur de risque important pour l’athérosclérose et la morbidité cardiovasculaire. Il en est de même pour le tabagisme. Dans les cas d’athérosclérose et de morbidité cardiovasculaire, le stress oxydatif et les inflammations ont été impliqués comme des mécanismes physio-pathologiques sous-jacents. Il existe un effet synergique entre tabagisme et apnées du sommeil et certains marqueurs biochimiques de risques cardiovasculaires. (15)

Le tabagisme est associé à des marqueurs inflammatoires systémiques élevés chez les patients SAOS. Une étude a montré que les personnes avec un SAOS qui fument plus de 20 cigarettes par jour depuis au moins 5 ans présentent des taux significativement plus élevés de triglycérides, et de marqueurs inflammatoires CRP, d’haptoglobine, de céruléoplasmine, et des taux significativement plus bas de lipoprotéines de haute densité que les patients du même âge avec une apnée sévère du sommeil mais qui ne fument pas. (16).

Les patients SAOS qui fument au moins un paquet de cigarettes par jour présentent donc plus de risques cardiovasculaires que les patients SAOS qui ne fument pas et que les fumeurs avec un syndrome d’apnées du sommeil modéré. (17)

Supprimer un des facteurs de risque de SAOS, voilà une raison de plus pour arrêter de fumer!

Quant aux patients SAOS, le sevrage tabagique devrait faire partie du traitement, tout comme la perte de poids.

Références

(1) NM Punjabi, The epidemiology of adult obstructive sleep apnea- Proceedings of the American Thoracic Society, 2008
(2) HAS. Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l’insuffisance respiratoire et del’apnée du sommeil. Note de cadrage 30 mars 2011.
(3) SPLF, SFAR, SFC, SFMT, SFO, SP, SFRMS. Syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil de l’adulte. Recommandations pour la pratique clinique. Rev Mal Respir 2010;27 :806-833.
(4) idem
(5) L Lavie, P Lavie, Smoking interacts with sleep apnea to increase cardiovascular risk- Sleep medicine, 2008
(6) He J, Kryger MH, Zorick FJ, Conway W, Roth T. Mortality and apnea index in obstructive sleep apnea. Experience in 385 male patients. Chest 1988;94:9–14
(7) HAS. Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l’insuffisance respiratoire et de l’apnée du sommeil. Note de cadrage 30 mars 2011
(8) Taveira, K., Kuntze, M. M., Berretta, F., de Souza, B., Godolfim, L. R., Demathe, T., De Luca Canto, G., & Porporatti, A. L. (2018). Association between obstructive sleep apnea and alcohol, caffeine and tobacco: A meta-analysis. Journal of oral rehabilitation45(11), 890–902.
(9) Esen, A. D., & Akpinar, M. (2021). Relevance of obstructive sleep apnea and smoking: Obstructive sleep apnea and smoking. Family practice38(2), 181–186.
(10) Piotr Bielicki, Anna Trojnar, Piotr Sobieraj (2018). The impact of smoking status on obstructive sleep apnea (OSA) severity. European Respiratory Journal Sep 2018, 52 (suppl 62) PA4356.
(11) Ioannidou, D.; Kalamaras, G.; Kotoulas, S.-C.; Pataka, A. (2021). Smoking and Obstructive Sleep Apnea: Is There An Association between These Cardiometabolic Risk Factors?—Gender Analysis. Medicina 2021, 57, 1137.
(11) R Kashyap, LM Hock, TJ Bowman Higher prevalence of smoking in patients diagnosed as having obstructive sleep apnea- Sleep and Breathing, 2001
(12) NM Punjabi, The epidemiology of adult obstructive sleep apnea- Proceedings of the American Thoracic Society, 2008
(13) Kales A, Cadieux RJ, Bixler EO, et al. Severe obstructive sleep apnea-I: onset, clinical course, and characteristics. J Chronic Dis 1985;38:419–425
(14) Speizer FE. Occupational and environmental lung diseases: an overview. Environ Health Perspect 2000;108 (suppl 4):603–604
(15) L. Boussoffara, N. Boudawara, M. Sakka, J. Knani, Smoking habits and severity of obstructive sleep apnea hypopnea syndrome, Revue des Maladies Respiratoires
Volume 30, numéro 1 pages 38-43 (janvier 2013)
(16) L Lavie, P Lavie, Smoking interacts with sleep apnea to increase cardiovascular risk- Sleep medicine, 2008