Comment arrêter de fumer quand on souffre de troubles psychiatriques ?

Les personnes atteintes de troubles psychiatriques sont plus nombreuses à consommer du tabac et fument plus que le reste de la population. Leur sevrage est également plus difficile. Ces personnes doivent donc être prises en charge de manière spécifique. Le point sur les connaissances actuelles en matière de sevrage tabagique et souffrances psychiatriques.


Troubles psychiatriques et tabagisme : des liens forts

Les personnes souffrant de troubles psychiatriques (en particulier celles atteintes de schizophrénie, d’agoraphobie ou souffrant de troubles de panique et de dépression sévère) sont deux fois plus nombreuses à consommer du tabac que la population générale. Ainsi, par exemple, 66% des personnes souffrant de schizophrénie sont fumeuses. En outre, les fumeurs qui ont des troubles psychiatriques fument plus de cigarettes par jour que ceux qui n’ont aucun trouble mental. Conséquence : les maladies liées au tabac sont une des principales causes de décès chez les adultes souffrants de troubles psychiatriques. Par ailleurs, le tabagisme augmente le risque suicidaire. Comment expliquer ces liens particulièrement forts entre troubles psychiatriques et tabagisme ? Il semble que les effets neurobiologiques liés au tabac soient plus forts chez les fumeurs atteints de dépression et de schizophrénie. Certaines études ont montré des interactions complexes psychopathologiques, biochimiques et neuropharmacologiques entre tabagisme et schizophrénie. D’autres qu’il pourrait exister une association bidirectionnelle entre tabac et dépression. Par son action sur le système cholinergique, la nicotine pourrait avoir certains effets bénéfiques : amélioration de la concentration, soulagement du stress et de la dépression, sensation de bien-être, ce qui entretiendrait le tabagisme (utilisation autothérapeutique du tabac).

Troubles psychiatriques et tabagisme : un sevrage difficile

Arrêter de fumer est ainsi plus difficile lorsque l’on souffre de troubles psychiatriques. Une étude parue en 2003 a montré que les déprimés et les schizophrènes percevaient plus d’effets positifs et de valeur renforçatrice du tabac. (1) Les symptômes de sevrage sont plus graves chez les personnes atteintes de troubles psychiatriques. Plusieurs études ont ainsi montré que les troubles psychiatriques pourraient être exacerbés de façon temporaire par le manque de nicotine. Il semble par exemple exister une altération des fonctions cognitives chez les personnes schizophrènes plus importante que dans la population générale durant la phase de sevrage. Le taux d’abstinence est également plus bas que dans la population générale. Pour ces raisons, on a longtemps pensé qu’un projet d’arrêt était impossible dans ce cas. Cette vision des choses étant toujours très répandue, tout comme l’idée que les personnes souffrant de troubles psychiatriques ne sont pas motivées pour arrêter de fumer,  la dépendance à la nicotine reste sous-traitée chez les malades psychiatriques. Pourtant, des études, dont une réalisée en 2009 au Canada, ont montré que les schizophrènes en particulier étaient intéressés par l’arrêt du tabac.

Sevrage tabagique et troubles psychiatrique : quelle prise en charge ?

Pour aider les personnes en souffrance psychiatrique à se sevrer, il faut encourager activement une démarche d’arrêt. Les psychiatres sont les mieux placés pour informer leurs patients sur les dangers du tabac et les encourager à arrêter. Ils peuvent ensuite prendre en charge le sevrage ou adresser leurs patients à un tabacologue et travailler en concertation avec celui-ci. L’arrêt du tabac doit se faire à distance des phases aigues. Un traitement pharmacologique de longue durée est indispensable : substituts nicotiniques, bupropion ou varénicline. (2). On sait que la prescription de substituts nicotiniques réduit l’envie de fumer et réduit les symptômes de sevrage. Plusieurs études, dont une parue en 2009, ont également montré que le bupropion permettait d’augmenter les taux de sevrage chez les personnes souffrant de schizophrénie, sans affecter de façon positive ou négative les symptômes de la dépression. Cependant, ce médicament est contre-indiqué chez les patients souffrant de trouble bioplaire, d’alcoolisme, d’anorexie et chez les utilisateurs de médicaments épileptogènes. La varénicline apparaît également comme une aide appropriée pour les personnes présentant des troubles psychiatriques. Des études récentes ont en effet montré l’innocuité et la bonne tolérance de ce médicament. Il semblerait, mais cela n’est pas prouvé, qu’il n’y ait pas d’interaction médicamenteuse importante entre les substituts nicotiniques ou la varénicline et les différents médicaments psychotropes.

En parallèle des traitements médicamenteux, un suivi rapproché est nécessaire. Une prise en charge psychothérapeutique cognitivo-comportementale est recommandée. Différents résultats d’étude ont montré que les psychothérapies individuelles et combinées ainsi que les conseils pouvaient augmenter les taux d’arrêt de manière significative chez les personnes souffrant de troubles psychiatriques. Les interventions motivationnelles ont prouvé leur efficacité pour l’arrêt du tabac chez les schizophrènes. Une étude a été réalisée en 2003 auprès d’adolescents fumeurs hospitalisés pour troubles psychiatriques. Les entretiens de motivation (plus longs que des entretiens classiques, soit deux sessions individuelles de 45 mn) ont également été efficaces pour accroître la volonté d’arrêter chez ceux qui n’avaient aucune envie de changer leurs habitudes. Enfin, l’existence de co-addictions, de conditions sociales défavorisées, tout comme l’absence de prise en charge financière des traitements compliquent l’arrêt du tabac et la réduction du tabagisme. Une prise en compte spécifique de ces facteurs est alors nécessaire.

Pour améliorer les taux de sevrage, il faudrait de nouvelles études pour mieux comprendre les liens entre tabagisme et troubles psychiatriques et pouvoir mettre en place des programmes d’arrêt du tabac spécifiques.

Références

(1)Spring B, Pingitore R, Mc Chargue DE (2003) Reward value of cigarette smoking for comparably heavy smoking schizophrenic, depressed, and nonpatient smokers. Am J Psychiatry 160(2):316-22.
(2) Fagerstrom K, Aubin HJ (2009) Management of smoking cessation in patients with psychiatric disorders. Curr Med Res Opin 25(2):511-8.Conférence d’experts 2008 OFT  « Tabac et psychiatrie »

  • Henri-Jean Aubin, L’arrêt du tabac chez les patients atteints d’une pathologie psychiatrique
  • Spring B, Pingitore R, Mc Chargue DE (2003) Reward value of cigarette smoking for comparably heavy smoking schizophrenic, depressed, and nonpatient smokers. Am J Psychiatry 160(2):316-22.
  • Fagerstrom K, Aubin HJ (2009) Management of smoking cessation in patients with psychiatric disorders. Curr Med Res Opin 25(2):511-8.
  • Kisely, Steve (2008). A systematic review of smoking cessation therapies in psychiatric illness: Implications for clinicians and decision-makers. In: , Abstracts on the RANZCP's 2008 New Zealand Conference. The Royal Australian and New Zealand College of Psychiatrists 43rd Annual Congress, Nelson, New Zealand, (A14-A14). 22-25 October 2008.
  • Aubin HJ, Rollema H, Svensson TH, Winterer G., Smoking, quitting, and psychiatric disease: A review. Neurosci Biobehav Rev. 2012 Jan;36(1):271-84. Epub 2011 Jun 23.
  • Gierisch JM, Bastian LA, Calhoun PS, McDuffie JR, Williams JW Jr. Smoking Cessation Interventions for Patients with Depression: A Systematic Review and Meta-analysis. J Gen Intern Med. 2011 Oct 26
  • Haustein KO, Haffner S, Woodcock BG. A review of the pharmacological and psychopharmacological aspects of smoking and smoking cessation in psychiatric patients. nt J Clin Pharmacol Ther. 2002 Sep;40(9):404-18.
  • Jennifer M. Gierisch, PhD, MPH, Lori A. Bastian, MD, MHSc, Patrick S. Calhoun, PhD, Jennifer R. McDuffie, PhD, John W. Williams, Jr., MD, MHSc. Comparative Effectiveness of Smoking Cessation Treatments for Patients With Depression: A Systematic Review and Meta-analysis of the Evidence, Washington (DC): Department of Veterans Affairs; 2010 Nov.
  • Tsoi DT, Porwal M, Webster AC. Efficacy and safety of bupropion for smoking cessation and reduction in schizophrenia: systematic review and meta-analysis. Br J Psychiatry. 2010 May;196(5):346-53.
  • Evins AE. Review: bupropion increases abstinence from smoking without affecting mental state in people with schizophrenia. Evid Based Ment Health. 2010 Aug 12
  • Tonstad S., Els C., Varenicline: Smoking cessation in patients with medical and psychiatric comorbidity, Clinical Medicine Insights: Therapeutics, 29 Jul 2010
  • Jennifer B McClure, Gary E Swan, Sheryl L Catz, Lisa Jack, Harold Javitz, Smoking outcome by psychiatric history after behavioral and varenicline treatment, Journal of Substance Abuse Treatment (2010) Volume: 38, Issue: 4, Publisher: Elsevier Inc., Pages: 394-402
  • Solty H, Crockford D, White WD, Currie S., Cigarette smoking, nicotine dependence, and motivation for smoking cessation in psychiatric inpatients, Can J Psychiatry. 2009 Jan;54(1):36-45.
  • R Brown, S Ramsey, D Strong, M Myers, C Kahler, C Lejuez, R Niaura, U Pallonen, A Kazura, M Goldstein, and D Abrams, Effects of motivational interviewing on smoking cessation in adolescents with psychiatric disorders, Tob Control. 2003 December; 12(Suppl 4): iv3–iv10. doi:  10.1136/tc.12.suppl_4.iv3
  • McCloughen A., The association between schizophrenia and cigarette smoking: a review of the literature and implications for mental health nursing practice, nt J Ment Health Nurs. 2003 Jun;12(2):119-29.
  • Michael O Chaiton,  Joanna E Cohen, Jennifer O'Loughlin, and Jurgen Rehm, A systematic review of longitudinal studies on the association between depression and smoking in adolescents, BMC Public Health. 2009; 9: 356. Published online 2009 September 22. doi:  10.1186/1471-2458-9-356
  • Park S, Romer D. Associations between smoking and depression in adolescence: an integrative review. Taehan Kanho Hakhoe Chi. 2007 Mar;37(2):227-41.

 

Auteur: Anne-Sophie Glover-Bondeau / décembre 2011

  • icon Ligne téléphonique Stop Tabac
  • icon Appli Stop-tabac pour Android et iOS (Gratuit)
  • icon SafeZone.ch
       

Ligne stop-tabac 0848 000 181 (suisse uniquement)

Plus de la moitié de l’ensemble des fumeurs et des fumeuses souhaite arrêter de fumer, mais souvent ne sait pas comment s’y prendre. La ligne stop-tabac est un service de consultation téléphonique qui aide à bien négocier le virage du sevrage tabagique. 

Les conseillères et les conseillers de la ligne stop-tabac sont des professionnels qui savent comment on peut se préparer à un arrêt du tabac et quelle méthode choisir pour y arriver au mieux selon sa personnalité. Ils ont déjà aidé des milliers de fumeurs et de fumeuses.

La ligne stop-tabac propose des informations et des entretiens approfondis dans plusieurs langues.

 

  

Appli Stop-tabac (Gratuit)

Choisissez votre version:           Android android logo           iPhone  IOS

Cette application vous aide à arrêter de fumer. 

Développée par des experts de l'arrêt du tabac de l'Université de Genève, elle vous propose gratuitement des conseils personnalisés. Après avoir défini votre profil, vous pourrez accéder à des conseils et un journal de votre consommation. Pour accéder à l’application, vous devez participer à une étude d’évaluation avec questionnaire de suivi après quelques mois.

   

SafeZone.ch

SafeZone.ch est un portail web pour la consultation en ligne sur les problèmes d’addiction destiné aux personnes concernées, à leurs proches, aux professionnel-le-s et à toute personne intéressée. Les offres de consultation sont gratuites et anonymes. SafeZone.ch est une prestation de l'OFSP en collaboration avec les cantons, les services spécialisés dans les addictions et d'autres partenaires.

 

 

bandeau bottom
 

Documentation

brochures

Brochures - Images - Autocollants

www.stop-alcool.ch

http://www.stop-cannabis.ch

logo