ic launcheric launcheric launcheric launcheric launcher   facebook twitter rou 32

Logo Stop-tabac

Bouton pour aller vers les pages en Langue FrancaiseBouton pour aller vers les pages en Langue AllemandeBouton pour aller vers les pages en Langue ItalienneBouton pour aller vers les pages en Langue Anglaise  Bouton pour aller vers facebook Bouton pour aller vers  twitter youtube

logo

Aides et conseils pour arrêter de fumer

Tabagisme : facteur de risque d’un second cancer

Parmi les facteurs de risque identifiés de de second cancer, le tabagisme tient une place très importante. Le point sur ce sujet.

Qu’appelle-t-on un second cancer ?

Le second cancer primitif désigne un nouvelle tumeur primitive et pas une récidive locale ou une métastase d’un premier cancer)ni un cancer multifocal ou multicentrique. Le risque moyen de second cancer primitif après un premier diagnostic de cancer chez l’adulte est un peu plus élevé que le risque de cancer dans la population générale. Les résultats d’études épidémiologiques internationales concluent à un risque (Standard incidence ratio, SIR) global de SCP (toutes localisations de cancer confondues) qui varie de 0,77 à 1,36. (1)  La majorité de ces études montrent cependant un risque global significativement supérieur à 1 (Standard incidence ratio ou SIR). Une étude menée en France a fourni des données intéressantes : 290 000 personnes ayant eu un premier cancer ont été suivies pendant plusieurs années. Les données recueillies : les personnes ayant déjà eu un cancer ont un risque supérieur de 36% de développer un second cancer par rapport à la population générale. (2)

Cependant, à l’échelle individuelle, ce sur-risque peut être très élevé pour certaines personnes et inexistant pour d’autres. Le risque de second cancer primitif dépend fortement de la localisation du premier cancer diagnostiqué. Les personnes les plus à risque de second cancer primitif sont celles qui ont eu un cancer des voies aéro-digestives supérieures (VADS), un cancer de l’œsophage, du poumon ou un lymphome hodgkinien. Le risque de second cancer primitif est plus fortement augmenté après cancer connu pour avoir une origine tabagique forte (cavité buccale/pharynx, œsophage, larynx et poumon) avec SIR de 1,64. (3)

Tabagisme et risque de second cancer

La question du tabagisme est majeure dans le risque de SCP. En effet, on l’a dit, les situations présentant le niveau de risque le plus élevé de second cancer primitif (SCP), la majorité des localisations de SCP sont connues pour avoir une étiologie tabagique forte (poumon, cavité buccale/pharynx, œsophage). Par ailleurs le tabagisme tout comme la consommation d’alcool augmente le risque de second cancer. Les données disponibles montrent qu’il existe un risque très important de second cancer lié à la consommation d’alcool et de tabac chez les personnes ayant présenté un premier cancer lié à ces facteurs de risque.

Pourquoi le tabagisme est-il un facteur de risque de second cancer ?

Le tabagisme est impliqué dans la survenue d’une proposition importante de seconds cancers primitifs, de par son action cancérigène directe mais aussi indirecte, via son interaction avec certains traitements anticancéreux. Le tabagisme potentialise l’effet cancérogène de la radiothérapie.

Tabagisme, facteur de risque de second cancer primitif

Plusieurs études observationnelles ont ainsi permis d’établir que le fait de continuer à fumer après le diagnostic de cancer est la cause d’une proportion importante de second cancer primitif. Cela a notamment été objectivé par des études portant sur des patients atteints de cancer du poumon à petites cellules et de cancer des voies aéro-digestives-supérieures (VADS). Une étude a ainsi conclu qu’une importante consommation de tabac augmente de 4 fois le risque de second cancer chez les personnes ayant un cancer des VADS. A contrario, les auteurs ont démontré que l’arrêt de la consommation de tabac pendant 5 ans diminue ce risque de second cancer. (4)

Le tabagisme entre en interaction avec les traitements de radiothérapie ce qui explique son action indirecte sur l’augmentation du risque de second cancer. Une étude indique ainsi que le risque de cancer du poumon (second cancer) est multiplié par 9 chez les femmes fumeuses traitées par radiothérapie pour un cancer du sein alors qu’il est multiplié par 6 pour les femmes fumeuses non traitées par radiothérapie et qu’il est non augmenté pour les femmes non fumeuses traitées par radiothérapie. (5) Une autre étude s’est, elle, intéressée aux personnes atteintes par un lymphome hodgkinien et traitées par radiothérapie : le risque de cancer du poumon est multiplié par 7 chez les patients non-fumeurs traités par radiothérapie et par 20 pour les fumeurs traités par radiothérapie. (6)

Une méta-analyse américaine (cinq cohortes épidémiologiques) publiée en 2014 a conclu que les fumeurs (de 20 cigarettes ou plus par jour) atteints d’un cancer du poumon, de la vessie, du rein ou avec une tumeur au cerveau ont un risque multiplié par 5 de souffrir d’un deuxième cancer lié au tabac par rapport aux survivants d’un cancer identique mais qui n’ont jamais fumé (risque 3,3 fois supérieur chez ceux ayant un cancer du poumon, 3,7 fois chez ceux ayant un cancer de la vessie, 4,5 fois en cas de cancer du cerveau ou du cou et 5,3 fois chez les personnes ayant eu un cancer du rein).(7) Ce risque existe aussi pour les fumeurs de moins de 20 cigarettes par jour et toujours pour les anciens fumeurs mais il diminue d’année en année après un sevrage tabagique. Plusieurs études montrent également que les personnes ayant un cancer du poumon ou de la sphère ORL et qui continuent à fumer ont un risque augmenté de survenue de second cancer alors que l’arrêt du tabagisme semble diminuer ce risque. (8) (9)

Pour information, le tabagisme est aussi responsable d’une augmentation du risque de récidive. Cela semble lié au fait que le tabagisme diminue l’efficacité des traitements chez les fumeurs. Cela semble lié au fait que le tabagisme diminue l’efficacité des traitements chez les fumeurs. Cette baisse d’efficacité de la radiothérapie et des traitements médicamenteux pourrait être liée aux impacts du tabagisme sur le métabolisme, le degré d’irrigation sanguine et l’oxygénation des tissus. (10)

Tabagisme et second cancer : cancers à risque

Tabac, facteur de risque de second cancer après un cancer du sein

Les femmes fumeuses qui ont été traitées pour un cancer du sein ont une augmentation du risque de cancer du poumon radio-induit. Le risque de cancer du poumon chez les femmes traitées par irradiation pour un cancer du sein est trois fois plus élevé pour le poumon ipsilatéral que pour l’autre poumon lorsqu’elles fument pendant la radiothérapie. (11)

Tabagisme, facteur de risque de second cancer après un lymphome

Ce risque de cancer du poumon radio-induit est également augmenté chez les hommes fumeurs traités pour un lymphome hodgkinien. La probabilité pour les fumeurs de développer un cancer du poumon après un diagnostic de lymphome non hodgkinien est plus de 5 fois supérieure aux non-fumeurs. (12)

Tabagisme, facteur de risque de second cancer après un cancer du col de l’utérus

Le tabagisme semble contribuer à la majorité de l’excès des seconds cancers primitifs (dont le cancer du poumon, l’étude du NCI ayant montré que parmi les femmes développant un SCP après un cancer du col de l’utérus près d’un quart d’entre elles ont eu un diagnostic de cancer du poumon) après un cancer du col de l’utérus. Soulignons cependant que le nombre de second cancer primitif du poumon pourrait être surestimé par une mauvaise classification de tumeurs métastatiques pulmonaires). (13) (14) (15)

Tabagisme, facteur de risque d’un second cancer primitif après un cancer des voies aéro-digestives supérieures

Le tabac et l’alcool ont une place prépondérante dans la survenue d’un second cancer primitif après un cancer de la cavité buccale/du pharynx. La part du tabac est également prépondérante dans la survenue d’un second cancer primitif après un cancer du larynx. Les excès de risque les plus importants après un cancer des VADS sont ceux associés à un cancer du poumon, de la cavité buccale/pharynx/larynx, de l’œsophage, localisations connues pour avoir une origine tabagique ou alcoolo-tabagique. Plusieurs études montrent que l’arrêt du tabagisme permet une diminution du risque de second cancer primitif chez les personnes ayant un cancer des voies aéro-digestives supérieures. (16) (17) (18)

Tabagisme, facteur de risque de SCP après un cancer du poumon

Les seconds cancers du poumon représentent 60% de l’excès de risque absolu des cancers primitifs après cancer du poumon. 40% des seconds cancers primitifs sont des cancers des voies respiratoires (larynx, poumons, bronches), ayant une étiologie tabagique. Le tabagisme entre en interaction avec la radiothérapie et les traitements de chimiothérapie, ce qui augmente encore le risque de SCP après un cancer du poumon. Une étude montre que les patients fumeurs traités par radiothérapie ont un risque de cancer du poumon (SCP) supérieur aux non-fumeurs traités par radiothérapie. (19)Les fumeurs traités par chimiothérapie ont un risque de cancer du poumon (SCP) multiplié par 19. Continuer à fumer après un cancer du poumon est associé à une augmentation du risque de second cancer primitif. (20)A contrario, des études montrent que le sevrage tabagique permet une diminution du risque de second cancer primitif (SCP). (21) (22)

En conclusion, la mise en place d’un arrêt du tabagisme dès le début des traitements anti-cancéreux et sa poursuite à long terme sont très importants pour réduire le risque de second cancer primitif, au même titre que la réduction aux autres facteurs de risque des SCP que sont l’alcool et la surcharge pondérale. De nouvelles études devraient permettre de mieux évaluer les bénéfices apportés par le sevrage en termes de diminution de risque de second cancer.

 

Sources :

  • Identifier et prévenir les sources de second cancer primitif chez l’adulte, Institut National du Cancer, décembre 2013
  • © Estimation du risque de second cancer en France /Étude à partir des registres des cancers du réseau Francim, les données, avril 2015
  • Curtis R FD, Ron E, et al. New malignancies among cancer survivors: SEER cancer registries, 1973-2000. NIH Publication. 2006;No. 05-5302. Bethesda, MD

Références :

  1. Storm HH, Lynge E, Osterlind A, Jensen OM. Multiple primary cancers in Denmark 1943-80; influence of possible underreporting and suggested risk factors. The Yale journal of biology and medicine. 1986 SepOct;59(5):547-59. ; Boice JD, Jr., Curtis RE, Kleinerman RA, Flannery JT, Fraumeni JF, Jr. Multiple primary cancers in Connecticut, 1935-82. The Yale journal of biology and medicine. 1986 Sep-Oct;59(5):53345., Coleman MP. Multiple primary malignant neoplasms in England and Wales, 1971-1981. The Yale journal of biology and medicine. 1986 Sep-Oct;59(5):517-31, Levi F, Randimbison L, Te VC, Rolland-Portal I, Franceschi S, La Vecchia C. Multiple primary cancers in the Vaud Cancer Registry, Switzerland, 1974-89. British journal of cancer. 1993 Feb;67(2):391-5, Sankila R, Pukkala E, Teppo L. Risk of subsequent malignant neoplasms among 470,000 cancer patients in Finland, 1953-1991. International journal of cancer. 1995 Feb 8;60(4):464-70.
  2. Cowppli-Bony A, Uhry Z, Remontet L, Guizard A-V, Voirin N, Monnereau A, Bouvier A-M, Colonna M, Bossard N, Woronoff A-S, Grosclaude P, Survie des personnes atteintes de cancer en France métropolitaine 1989-2013 - Partie 1 : tumeurs solides, Étude à partir des registres des cancers du réseau Francim, Institut de veille sanitaire.
  3. Curtis R FD, Ron E, et al. New malignancies among cancer survivors: SEER cancer registries, 1973-2000. NIH Publication. 2006;No. 05-5302. Bethesda, MD 2.
  4. Day GL, Blot WJ, Shore RE, McLaughlin JK, Austin DF, Greenberg RS, et al. Second cancers following oral and pharyngeal cancers: role of tobacco and alcohol. Journal of the National Cancer Institute. 1994 Jan 19;86(2):131-7.
  5. Ford MB, Sigurdson AJ, Petrulis ES, Ng CS, Kemp B, Cooksley C, et al. Effects of smoking and radiotherapy on lung carcinoma in breast carcinoma survivors. Cancer. 2003 Oct 1;98(7):1457-64.
  6. Travis LB, Gospodarowicz M, Curtis RE, Clarke EA, Andersson M, Glimelius B, et al. Lung cancer following chemotherapy and radiotherapy for Hodgkin's disease. Journal of the National Cancer Institute. 2002 Feb 6;94(3):182-92.
  7. Meredith S. Shiels, Todd Gibson, Joshua Sampson, Demetrius Albanes, Gabriella Andreotti, Laura Beane Freeman, Cigarette Smoking Prior to First Cancer and Risk of Second Smoking-Associated Cancers Among Survivors of Bladder, Kidney, Head and Neck, and Stage I Lung Cancers, DOI: 10.1200/JCO.2014.56.8220 Journal of Clinical Oncology 32, no. 35 (December 10 2014) 3989-3995.
  8. Richardson GE, Tucker MA, Venzon DJ et al. Smoking cessation after successful treatment of small-cell lung cancer is associated with fewer smoking-related second primary cancers. Ann Intern Med 1993;119(5):383-90.
  9. Do KA, Johnson MM, Lee JJ et al. Longitudinal study of smoking patterns in relation to the development of smoking-related secondary primary tumors in patients with upper aerodigestive tract malignancies. Cancer 2004; 101(12):2837-42.
  10. Parsons A, Daley A, Begh R, Aveyard P. Influence of smoking cessation after diagnosis of early stage lung cancer on prognosis: systematic review of observational studies with meta-analysis. BMJ 2010;340:b55.
  11. Prochazka M, Hall P, Gagliardi G et al. Ionizing radiation and tobacco use increases the risk of a subsequent lung carcinoma in women with breast cancer: case-only design. J Clin Oncol 2005;23(30):7467-74.
  12. Travis LB, Gospodarowicz M, Curtis RE et al. Lung cancer following chemotherapy and radiotherapy for Hodgkin’s disease. J Natl Cancer Inst 2002;94(3):182-92.
  13. Curtis R FD, Ron E, et al. New malignacies amo,g cancer survivors: SEER cancer registries, 1973-2000. NIH Publication.No. 05-5302. Bethesda, MD 2006.
  14. Frisch M, Melbye M. Risk of lung cancer in pre- and post-menopausal women with anogenital malignancies. International journal of cancer. 1995 Sep 4;62(5):508-11. 197.
  15. Frisch M, Melbye M. New primary cancers after squamous cell skin cancer. American journal of epidemiology. 1995 May 15;141(10):916-22.
  16. Curtis R FD, Ron E, et al. New malignancies among cancer survivors: SEER cancer registries, 1973-2000. NIH Publication. 2006;No. 05-5302. Bethesda, MD 2.
  17. Do KA, Johnson MM, Lee JJ, Wu XF, Dong Q, Hong WK, et al. Longitudinal study of smoking patterns in relation to the development of smoking-related secondary primary tumors in patients with upper aerodigestive tract malignancies. Cancer. 2004 Dec 15;101(12):2837-42.
  18. Do KA, Johnson MM, Doherty DA, Lee JJ, Wu XF, Dong Q, et al. Second primary tumors in patients with upper aerodigestive tract cancers: joint effects of smoking and alcohol (United States). Cancer Causes Control. 2003 Mar;14(2):131-8.
  19. Tucker MA, Murray N, Shaw EG, Ettinger DS, Mabry M, Huber MH, et al. Second primary cancers related to smoking and treatment of small-cell lung cancer. Lung Cancer Working Cadre. Journal of the National Cancer Institute. 1997 Dec 3;89(23):1782-8.
  20. Parsons A, Daley A, Begh R, Aveyard P. Influence of smoking cessation after diagnosis of early stage lung cancer on prognosis: systematic review of observational studies with meta-analysis. BMJ (Clinical research ed. 2010;340:b5569.
  21. Richardson GE, Tucker MA, Venzon DJ, Linnoila RI, Phelps R, Phares JC, et al. Smoking cessation after successful treatment of smallcell lung cancer is associated with fewer smoking-related second primary cancers. Annals of internal medicine. 1993 Sep 1;119(5):383-90.
  22. Johnson BE. Second lung cancers in patients after treatment for an initial lung cancer. Journal of the National Cancer Institute. 1998 Sep 16;90(18):1335-45.

 

Ce site utilise des cookies dans le but d'améliorer le service qui vous est offert.
Nous sommes conformes à la régulation EU - RGPD. Consultez notre politique de cookies et confidentialité.