Y a-t-il un lien entre les cigarettes et la dépression?

L'humeur déprimée est un symptôme fréquent à l'arrêt du tabac. Mais quelle est la nature lien entre le tabagisme et la dépression? Cet article porte sur les études qui ont montré qu'il y a plus de fumeurs chez les patients dépressifs, ainsi que sur les explications possibles de cette association.
Vous y trouverez aussi un test de votre humeur et des contacts proposant une aide ou des informations sur la dépression.

Déprime ou dépression?

La frontière entre déprime et dépression n'est pas toujours claire, le test ci-dessous permet une rapide appréciation de son humeur personnelle.

Test CES-D sur la dépression

Besoin d'aide? +41 22 305 45 45 (tarif local)

Une ligne téléphonique d’information, de conseil et d’orientation sur la dépression répond à vos questions du lundi au vendredi de 14h à 18h.

Pour qui ?

La ligne téléphonique s’adresse aux personnes présentant des signes de dépression, ainsi qu’à leurs proches, mais aussi à celles qui souhaitent simplement s’informer sur la maladie. Elle répond également aux questions des médecins et professionnels en contact avec des personnes fragiles face à la dépression.

L’Alliance genevoise contre la dépression est un programme du plan cantonal de promotion de la santé et de prévention coordonné par le département des affaires régionales, de l’économie et de la santé (DARES).

En collaboration avec les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) et les associations: des Médecins du canton de Genève (AMG), Genevoise des Psychologues (AGPsy), des pharmaciens et pharmacies de Genève (pharmaGenève), Dialogai, Trajectoires, Stop-suicide.

Pourquoi déprime-t-on à l'arrêt du tabac?

En règle générale, la déprime est un symptôme de sevrage fréquent. En effet, la cigarette est reconnue pour son effet "antidépresseur", parce que la fumée du tabac contient d'une part de la nicotine et d'autre part des inhibiteurs de la monoamine oxydase (harmane et nor-harmane). Ces substances favorisent la libération de messagers chimiques - les neuromédiateurs comme la dopamine, la sérotonine et la noradrénaline - qui jouent un rôle dans le plaisir et la sensation de bien-être. En favorisant la libération de ces neuromédiateurs, le tabac procure donc artificiellement une sensation de bien-être qui est à même d'aider le fumeur dans la gestion de son humeur. Le fumeur utilise parfois la cigarette comme "antidépresseur", comme réconfortant pour lui remonter le moral. A l'arrêt, il est naturel que ce phénomène lui fasse défaut et qu'une sensation de déprime soit ressentie.

Un lien peut être donc établi entre le sevrage tabagique, ou plus particulièrement le sevrage de nicotine, et l'humeur déprimée. Ces sensations pénibles s'atténuent en général en 10 à 30 jours et disparaissent après deux mois. Plus rarement, la dépression consécutive à l'arrêt s'installe plus durablement: dans ce cas, il est plus que recommandé de faire appel à votre médecin.

Par ailleurs, ces sensations ne sont pas vécues par tout le monde et peuvent être amoindries, voire éliminées, par l'utilisation de techniques adéquates: traitements de substitution, techniques comportementales, soutien des professionnels de la santé ou des pairs, etc.

Plus de fumeurs chez les dépressifs ou plus de dépressifs chez les fumeurs?

Au-delà de la chute de moral consécutive à l'arrêt du tabac, existe-t-il un lien entre la dépression et le tabagisme? De manière globale, des études épidémiologiques ont montré que les personnes souffrant d'un trouble psychique avaient deux fois plus de risques de fumer, en comparaison avec la population générale (Lasser et al., 2000). Plus spécifiquement, certaines études ont montré une plus grande occurrence de dépression chez les fumeurs (McClave et al., 2009; Fergusson et al., 2003).

Toutefois, il faut pondérer ces résultats en signalant qu'il n'est pas toujours facile de faire la différence entre les troubles anxieux et les troubles de l'humeur: il y aurait nettement plus de fumeurs souffrant d'anxiété et si des études trouvent un lien entre la dépression et le tabagisme, c'est que la dépression est elle-même en lien avec les troubles de l'anxiété (Mykletun et al., 2007).

Ces recherches ne viennent pas encore répondre à la question du lien causal: y a-t-il plus de dépressifs chez les fumeurs, sous-entendu le tabagisme favorise-t-il l'apparition d'une dépression, ou plus de fumeurs chez les dépressifs, sous-entendu le dépression peut-elle entraîner le tabagisme? Cette question reste en suspend... Sans doute que les implications sont multiples et que nous avons affaire à des relations complexes d'influence mutuelle: qui est vulnérable à la dépression est vulnérable au tabagisme, comme le tabagisme et les phénomènes de manque peuvent entretenir les troubles de l'humeur. On parle parfois de lien bidirectionnel. Chaiton et collaborateurs (2009) ont par exemple trouvé dans une revue de 15 études longitudinales publiées entre 1990 et 2008, auprès d'adolescents de 13 à 19 ans, que les symptômes dépressifs prédisaient le tabagisme et inversement. Une revue de littérature de Paperwalla et collaborateurs (2004) revient sur ces questions de bidirectionnalité causale et nous propose de considérer les points suivants:

  • L'accumulation de données scientifiques nous permet de penser que les liens entre le tabagisme et la dépression sont autant de nature comportementale que neurobiologique.
  • La dépression peut être un facteur de vulnérabilité dans l'initiation du tabagisme à l'adolescence.
  • Le manque à l'arrêt peut provoquer des symptômes dépressifs, voire précipiter l'apparition d'une dépression, d'autant plus chez les personnes ayant déjà connu un problème de dépression.
  • Sans prise en charge adéquate, la dépression réduit les chances du succès d'arrêt du tabagisme et aggrave les symptômes de manque.
  • Les professionnels de la santé doivent s'intéresser à la question de la dépression lors de l'aide à l'arrêt du tabac.

Plus de fumeurs chez les personnes souffrant d'un trouble psychique?

Réponse du Dr. Thomas Rathelot, médecin chef de clinique, service d'addictologie, Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG)

 

L'usage d'antidépresseurs dans l'arrêt du tabac

D'une manière générale, les antidépresseurs peuvent parfois être utiles dans l'aide à l'arrêt pour trois raisons (Hughes et al., 2007):

  1. Le manque de nicotine peut produire des symptômes dépressif, voire dans les cas les plus graves précipiter l'apparition d'une dépression majeure: l'antidépresseur prévient ces risques.
  2. Les propriétés "antidepressives" de la nicotine sont un facteur de maintien du tabagisme. Puisque le fumeur en manque de nicotine se sent déprimé quand il ne fume pas, il recommence pour se sentir mieux: l'antidépresseur remplace cet effet de la nicotine.
  3. Les antidépresseurs agissent sur des systèmes neuronaux et des récepteurs dont le lien avec l'addiction à la nicotine a été démontré.

Les hypothèses 1 et 2 n'ont pas été vérifiées, il semblerait, au contraire, que le mode d'action du bupropion sur le tabagisme soit indépendant de son effet "antidepresseur".

Explications sur le bupropion (Zyban®), un antidépresseur utilisé dans l'aide au sevrage tabagique

Références

Revues et méta-analyses

Sélection d'études


Auteur: Grégoire Monney

  • icon Ligne téléphonique Stop Tabac
  • icon Appli Stop-tabac pour Android et iOS (Gratuit)
  • icon SafeZone.ch
       

Ligne stop-tabac 0848 000 181 (suisse uniquement)

Plus de la moitié de l’ensemble des fumeurs et des fumeuses souhaite arrêter de fumer, mais souvent ne sait pas comment s’y prendre. La ligne stop-tabac est un service de consultation téléphonique qui aide à bien négocier le virage du sevrage tabagique. 

Les conseillères et les conseillers de la ligne stop-tabac sont des professionnels qui savent comment on peut se préparer à un arrêt du tabac et quelle méthode choisir pour y arriver au mieux selon sa personnalité. Ils ont déjà aidé des milliers de fumeurs et de fumeuses.

La ligne stop-tabac propose des informations et des entretiens approfondis dans plusieurs langues.

 

  

Appli Stop-tabac (Gratuit)

Choisissez votre version:           Android android logo           iPhone  IOS

Cette application vous aide à arrêter de fumer. 

Développée par des experts de l'arrêt du tabac de l'Université de Genève, elle vous propose gratuitement des conseils personnalisés. Après avoir défini votre profil, vous pourrez accéder à des conseils et un journal de votre consommation. Pour accéder à l’application, vous devez participer à une étude d’évaluation avec questionnaire de suivi après quelques mois.

   

SafeZone.ch

SafeZone.ch est un portail web pour la consultation en ligne sur les problèmes d’addiction destiné aux personnes concernées, à leurs proches, aux professionnel-le-s et à toute personne intéressée. Les offres de consultation sont gratuites et anonymes. SafeZone.ch est une prestation de l'OFSP en collaboration avec les cantons, les services spécialisés dans les addictions et d'autres partenaires.

 

 

bandeau bottom
 

Documentation

brochures

Brochures - Images - Autocollants

www.stop-alcool.ch

http://www.stop-cannabis.ch

logo