ic launcheric launcheric launcheric launcher      facebook twitter rou 32

Logo Stop-tabac

Bouton pour aller vers les pages en Langue FrancaiseBouton pour aller vers les pages en Langue AllemandeBouton pour aller vers les pages en Langue ItalienneBouton pour aller vers les pages en Langue Anglaise  Bouton pour aller vers facebook Bouton pour aller vers  twitter

logo

Aides et conseils pour arrêter de fumer

Degré et types de dépendance

Connaître votre degré de dépendance à la cigarette vous permettra d'anticiper vos symptômes de sevrage et surtout de mieux y faire face, notamment en ajustant le dosage de votre substitution à la nicotine.

testez vous bleu  Je teste ma dépendance

Les différents types de dépendance

Alors que la dépendance physique est due à l'impact de la nicotine sur le cerveau, la dépendance psychologique et  la dépendance comportementale seraient associées à d'autres facteurs: l'état d'esprit, la situation du moment, le geste.

 Les symptômes de sevrage

Mais tout serait lié...

Cette classification par types de dépendance n'est qu'un modèle d'origine assez ancienne. Aujourd'hui, beaucoup de chercheurs pensent que, malgré sa complexité, il ne faut pas chercher à subdiviser la dépendance, car il n'y a pas de règles scientifiques claires pour le faire. Quoi qu'il en soit, on peut passer en revue les types de dépendance, en gardant à l'esprit qu'il s'agit probablement de manières différentes d'appréhender une même réalité.

Des récepteurs nicotiniques partout dans le corps...

La dépendance physique ou pharmacologique s'explique probablement par l'augmentation, chez les fumeurs réguliers, du nombre de "récepteurs nicotiniques" à la surface des cellules nerveuses. Ces récepteurs sont appelés nicotiniques parce que la nicotine s'y lie très fortement dans des conditions de laboratoire (et lorsque l'on fume!).

Mais dans des conditions naturelles, il n'y a pas de nicotine dans le corps humain: les récepteurs nicotiniques sont en fait conçus pour recevoir un neurotransmetteur appelé acétylcholine. L'acétylcholine est l'un des neurotransmetteurs les plus courants dans le corps humain, surtout à l'intérieur du cerveau, mais aussi au niveau de l'activation des muscles.

Donc la prise de nicotine est susceptible d'avoir des effets à tous les niveaux conscients et inconscients de l'être humain. Chez les sujets dépendants, les études montrent que le nombre de récepteurs nicotiniques diminue lentement après l'arrêt du tabac. Un niveau normal n'est atteint qu'après 6 à 12 mois, au plus tôt.

Des symptômes de sevrage qui peuvent durer jusqu'à 2 mois...

Les effets aigus liés à la dépendance physique à la nicotine (symptômes de sevrage) s'estompent néanmoins 1 à 2 mois après l'arrêt du tabac, selon le degré de dépendance. C'est pour cette raison qu'il est important de suivre les traitements (consultations médicales, substituts nicotiniques, bupropion) pendant 2 mois au minimum.

La dépendance psychologique ou psychique dure plus longtemps que la dépendance physique, et elle est plus difficile à saisir. Les personnes souffrant de ce type de dépendance ont besoin de cigarettes pour réfléchir, pour se relaxer ou tout simplement pour se sentir bien. Certains fumeurs vont même jusqu'à penser qu'ils ne sont pas capables de vivre sans tabac, et que le produit fait partie intégrante de leur vie d'adulte. Il faut compter 6 à 12 mois, voire davantage, pour se défaire de la dépendance psychologique.

Des cigarettes associées à chacun de vos gestes quotidiens...

La dépendance comportementale ou environnementale est liée à la dépendance psychologique (et à la dépendance physique) mais elle concerne spécifiquement les gestes que l'on accomplit au quotidien. C'est loin d'être anodin, puisque les fumeurs réguliers portent leur main à leur bouche plusieurs centaines de fois par jour. C'est pour contrecarrer la dépendance comportementale que l'on conseille certaines personnes, dans les semaines qui suivent l'arrêt du tabac, de mâcher des gommes ou des bonbons, de s'occuper les mains, ou de se promener avec un objet dans la poche pour remplacer le paquet de cigarettes.

Mieux comprendre les phénomènes de l'addiction (PDF)

Le concept d'oralité...

Le concept d'oralité prétend que le rapport à la cigarette est similaire aux premiers sentiments de plaisir et de satisfaction procurés par le sein maternel. La cigarette, toujours disponible, est portée à la bouche pour calmer toutes les angoisses. Les fumeurs qui ont un problème d'oralité courent davantage de risques que les autres de compenser leur sevrage par une augmentation de la prise de nourriture ou d'alcool.

De manière générale, il est important de comprendre que la dépendance à la cigarette est une combinaison de tous ces facteurs. Ce n'est pas parce que telle ou telle personne est sensible à des aspects psychologiques qu'elle ne réagit pas physiquement au "shoot" de nicotine procuré par chaque cigarette.

Pour en savoir plus...
 Cinétique de la nicotine

Selon des recherches récentes analysées par le chercheur italien Christian Chiamulera, la nicotine pourrait agir au niveau du cerveau pour relier entre eux les différents types de dépendance. Ainsi, elle rendrait les fumeurs plus attentifs aux indices liés au tabac qui se trouvent dans leur environnement (odeurs, indices visuels, ambiance). Et elle renforcerait le lien inconscient entre ces indices et l'acte de fumer. Puisque la nicotine stimule de manière générale la circulation des flux nerveux dans le cerveau, une telle explication est tout à fait plausible.

La dépendance des femmes à l'égard de la cigarette possède sans doute une composante psychologique plus forte que la dépendance des hommes, qui se concentre davantage sur l'effet des shoots de nicotine. D'après les travaux du chercheur américain Kenneth Perkins, les femmes sont plus sensibles aux aspects olfactifs et gustatifs de la cigarette: si on leur ôte l'odeur ou le goût de leur marque préférée, elle y perdent beaucoup plus de satisfaction que les hommes.

Références:


Ma Check-list

J’ai besoin d’aide

Mes bénéfices

Vous recherchez...

Participez à l'efficacité de l'application Stop-tabac

L'Institut de Santé Globale de l'Université de Genève, cherche des fumeurs pour participer à une étude visant à tester l'efficacité de l'application Stop-tabac pour smartphones.
Les participants s'engagent à utiliser régulièrement l'application et à répondre à 3 questionnaires de suivi, après 1 semaine, 1 mois et 6 mois.

Android   logo android  iPhone  logo apple IOS

Pour aller plus loin

Accepter les Cookies ?