Tour d’horizon sur la e-cigarette

Close-up,Of,Businessperson,Holding,Electronic,Cigarette,In,Hand

Vaporisateurs, produits de tabac chauffé, nicotine, sels nicotiniques… Avec l’arrivée des nouvelles technologies, le marché des cigarettes électroniques s’est beaucoup diversifié.

Ces produits sont moins nocifs que la cigarette traditionnelle (combustible), cependant, ils ne le sont pas tous sur un même pied d’égalité.

Le consommateur qui souhaite arrêter de fumer doit bien s’informer avant de choisir un produit de substitution.

Les deux types de dispositifs

Les trois formes de nicotine liquide 

  • la nicotine purifiée,
  • les sels de nicotine
  • la nicotine de synthèse.

Les types de vaporisateurs (vaporette avec e-liquide)

Rechargeables ou jetables, les vaporisateurs produisent de la vapeur. Ces dispositifs se présentent sous différentes formes et ne génèrent pas de combustion. En voici les principales présentations :

  1. La vaporette Tube,
  2. La vaporette Pod,
  3. La vaporette Box (ou Mod),
  4. La vaporette Jetable
Bild2

La teneur en composés organiques volatiles et la toxicité de la vapeur va dépendre du choix du e-liquide, de ces multiples arômes et du choix de la résistance (température de la vapeur).

Les e-liquides contiennent de la glycérine végétale et/ou du propylène glycol, de l’alcool, de multiples arômes et de l’eau. Ils peuvent contenir de la nicotine qui se peut présenter sous 3 formes détaillées ci-dessous.  Avec les vaporisateurs ayant une température de vapeur supérieure à 100°C, de faibles quantités d’acétaldéhyde et de formaldéhyde (cancérigène) sont détectées.

Les produits de tabac chauffé (dispositifs utilisant des mini-cigarettes ou Heets)

Les dispositifs à chauffer le tabac (HNB) produisent un aérosol. Ces dispositifs génèrent une combustion incomplète avec pyrolyse.  Des analyses ont détecté la présence systématique de composants organiques volatiles, notamment :

  • des composés cancérigènes (formaldéhyde et nitrosamines spécifiques du tabac),
  • des composés pouvant induire des maladies cardiovasculaires et pulmonaires (monoxyde de carbone, dioxyde de carbone, monoxyde d’azote)
  • et des hydrocarbures aromatiques polycycliques(1)(2).

En raison de la présence de ces composés toxiques et de l’utilisation du tabac, les spécialistes recommandent de ne pas utiliser ces dispositifs de tabac chauffé comme alternative à la cigarette combustible : il s’agit de l’ IQOS (Philips Morris), la PLOOM (Japan Tobacco) et la GLO (British American Tobacco).

Dans une perspective de sevrage, les médecins et les spécialistes en addiction préconisent en première intention d’utiliser des substituts nicotiniques (microtab, gum, inhalateur, patch, spray buccal) disponibles sans ordonnance en pharmacie.

Si ces derniers ne répondent pas à vos attentes et/ou si vous n’êtes pas parvenu.e à arrêter de fumer, vous pouvez essayer la cigarette électronique, de préférence le vaporisateur (ou la vaporette). Renoncez définitivement à fumer et planifier un sevrage avec un.e spécialiste.

Dans une perspective de réduction de la toxicité et des méfaits pour votre santé, le vaporisateur avec e-liquide contenant de la nicotine est, en l’état des connaissances, moins nocif que la cigarette combustible et que le tabac chauffé. Cependant, ils ne le sont pas tous sur un même pied d’égalité. Non seulement les études manquent encore de recul, mais de nouveaux produits et de nouvelles technologies arrivent sans cesse sur le marché, avec un marketing très agressif.

Pour préserver votre santé, nous ne pouvons que vous recommander de planifier un arrêt et de parvenir à un sevrage définitif de toute forme de consommation de nicotine.

Soyez VIGILANT.E : n’achetez pas votre matériel sur Internet, dans des kiosques (bureau de tabac) ou sur des marchés de rue. Non seulement vous n’obtiendrez aucune information pertinente sur les produits et le dosage de nicotine, mais on vous poussera à la consommation.

Nous vous proposons ici un tableau récapitulatif présentant les différents risques des dispositifs :

Bild3

Les trois types de nicotine liquide (booster)

A/ La nicotine purifiée ou nicotine-base sous forme de e-liquide (PH autour de 8) 

Elle représente entre 0 et 2% du e-liquide (de 0 à 18mg) (normes européennes). Cette nicotine a subi plusieurs traitements chimiques, notamment à base de soude pour être extraite des feuilles de tabac, puis épurée. Suivant le dosage, elle provoquera un Hit, une sensation de grattement au fond de la gorge qui est plus ou moins appréciée

Au début du sevrage, il est conseillé de ne pas sous-doser la quantité de nicotine. Un plan de sevrage progressif et adapté doit être établi.

La puissance de la cigarette électronique (watts) et la résistance du filament (ohm) vont déterminer la chaleur du dispositif, la quantité de vapeur et donc la diffusion de la nicotine.

B/ Les sels de nicotine ou nicotine-acide sous forme de e-liquide (PH autour de 5-6)

A partir d’une nicotine-base (celle décrite ci-dessus), on ajoute des acides dont l’acide benzoïque, pour en extraire des sels de nicotine. Avec leur PH bas, ces sels de nicotine permettent d’augmenter la délivrance de nicotine des e-liquides et réduisent le hit : une nicotine avec un PH plus bas (plus acide) est en effet moins irritante et facilite donc l’inhalation.

C/ La nicotine synthétique

Il s’agit d’une nicotine totalement artificielle produite en laboratoire et qui n’est donc pas issue des feuilles de tabac. Elle est composée en moyenne à 50 % de nicotine-R et à 50% de nicotine-S, contrairement à la nicotine issue du tabac qui est composée à 99% de nicotine-S (3). Cette nicotine-R pose problème. Elle est probablement plus toxique au niveau neurologique que la nicotine-S, car elle stimule davantage la production d’acétylcholine (neurotransmetteurs secrétés par les neurones pour transmettre l’influx nerveux et l’activité électrique vers d’autres cellules). Cette nicotine-R serait ainsi davantage addictive.

La nicotine synthétique n’étant pas un produit issu du tabac, sa mise sur le marché n’est pas légiférée, ni réglementée. On la retrouve principalement dans les nouveaux types de dispositifs jetables de vapotage tels que les puffbar, geekbar, life etc. particulièrement aromatisés et attractifs pour les jeunes.

*La nicotine contient deux stéréoisomères : la forme (S) et la forme (R)

La nicotine a un très haut potentiel addictif. Elle est considérée par les spécialistes comme une drogue dure. Pour réussir un sevrage, il convient de doser très judicieusement les mg dans vos e-liquides et d’établir un plan progressif de désaccoutumance, pour finalement stopper définitivement.

avatar-gratuit(21)

Je teste ma motivation à arrêter de fumer

Les composants d’un e-liquide

Il existe une grande variété de e-liquides se différenciant surtout par leurs arômes, mais également par leur teneur (%) en PG et/ou VG.

Certains se présentent sous la forme du tout en un (pack), tandis que dans d’autres liquides, un booster de nicotine (mg/ml) devra être ajouté en fonction du dosage choisi.

La composition de votre e-liquide sera ainsi toujours la même :

Bild1