Snus, tabac non fumé et dépendance

Nicotine,Control,,Power,,Influence,And,Manipulation,Symbolized,By,Control,Bar

Tous les produits du tabac non fumé (snus, snuff, tabac à chiquer…) contiennent de la nicotine, substance psychoactive à l’origine de la dépendance au tabac.

Des risques de dépendance à la nicotine identiques

Le tabagisme non fumé entraîne la même dépendance que le tabac fumé (1). Le snus, comme certaines autres formes de tabac non fumé, contient et délivre des quantités de nicotine comparables aux cigarettes.

La principale différence entre le tabac non fumé et les cigarettes est l’absorption légèrement plus lente de la nicotine dans le sang (2, 3). Dans le schéma ci-dessous, vous verrez qu’après 10 minutes, la concentration de nicotine dans le sang est de 15 mg avec les cigarettes, tandis qu’elle est un peu plus de 10 mg avec le snus.

Cinétique nicotine snuss versus cigarette

On voit aussi que le niveau de nicotine obtenus par le snus est deux fois plus élevé que ceux obtenus par les thérapies de remplacement de la nicotine telles que les gommes à 2mg.

Snus, snuff etc. et leurs additifs coupables

Ces produits de tabac non-fumé contiennent de nombreux additifs

  • pour changer les goûts (sucre, noix, épices, huiles),
  • pour augmenter le PH, le taux de nicotine non protonée et le confort de consommation
  • pour augmenter l’absorption de la nicotine

La nicotine non protonée ou nicotine libre est plus facilement absorbée que la nicotine protonée ou ionisée. Il semblerait que les additifs d’ammoniaque contenus dans le snus renforcent le potentiel d’addiction. (4) Une étude a montré que la dépendance nicotinique s’est révélée plus importante chez les consommateurs de snus que chez les fumeurs. (5)

Snus, des teneurs de nicotine qui peuvent être très élevées

En raison de l’hétérogénéité du snus, les différentes marques fournissent différents niveaux de nicotine dans le temps. La marque Siberia white Dry, par exemple, est un snus particulièrement puissant. Sa teneur en nicotine est de 43 mg/g, soit plus de cinq fois celle des snus que l’on trouve normalement (8 mg/g) (6).

Compte tenu du schéma d’absorption de la nicotine décrit, il ne fait aucun doute que le snus entraîne une dépendance à la nicotine de la même manière que les autres formes de consommation de tabac. Il est prouvé que le potentiel de dépendance de la nicotine est lié à sa vitesse de pénétration dans le cerveau.

Étant donné que le snus entraîne une dépendance à la nicotine similaire à celle du tabac, il ne présente aucun avantage par rapport aux cigarettes ou à d’autres produits sans fumée délivrant de la nicotine (7).

L’effet passerelle du SNUS 

La dépendance qui se crée avec le tabac non-fumé pourrait inciter les consommateurs de tabac oral à se tourner vers les cigarettes. (8) Chez les adolescents, le tabac oral augmente le risque de fumer par la suite. (9) Ainsi, l’utilisation du snus peut être soit une voie vers une forme malsaine de tabagisme, soit un moyen de maintenir la dépendance au tabac plutôt que de la quitter. (10)

En 2016, le Monitorage des addictions a montré que parmi les 15-25 ans, 7,4% consommaient au moins produit du tabac sans fumée, dont 2.3% régulièrement du snus. (11)

Il apparait que la consommation exclusive de tabac à mâcher et de snus est une des voies d’initiation à une consommation mixte, puis exclusive de cigarettes. 20 % des consommateurs exclusifs de snus deviennent des fumeurs quotidiens. (12)

Références
  1. NL Benowitz – Nicotine and smokeless tobacco CA: a cancer journal for clinicians, 2008 – Wiley Online Library
  2. Foulds J, Ramstrom L, Burke M, Fagerström K. Effect of smokeless tobacco (snus) on smoking and public health in Sweden. Tob Control 2003;12: 349–59.
  3. Bhatnagar A, Whitsel LP, Blaha MJ, Huffman MD, Krishan-Sarin S, Maa J, et al. New and Emerging Tobacco Products and the Nicotine Endgame: The Role of Robust Regulation and Comprehensive Tobacco Control and Prevention: A Presidential Advisory From the American Heart Association. Circulation 2019;139: e937-e958.
  4. Jacqueline Dülgeroglu, Christoph A. Ramseier, Macé M. Schuurmans, Fiche n°5: Snus/tabac destiné à un usage oral
  5. Post A, Gilljam H Rosendahl I, et al. Symptoms of nicotine dependence in a cohort of Swedish youths : a comparison between smokers, smokeless tobacco users and dual tobacco users. Addiction 2010;105:740—6.)
  6. snuskingdom.ch. Siberia Red White Dry Portion: buy snus Siberia Red White Dry Portion in Switzerland cheap online | Snuskingdom, 2021. https://snuskingdom.ch/english/siberia-rot-white-dry-portion.html (accessed 12 Oct 2021).
  7. Bhatnagar A, Whitsel LP, Blaha MJ, Huffman MD, Krishan-Sarin S, Maa J, et al. New and Emerging Tobacco Products and the Nicotine Endgame: The Role of Robust Regulation and Comprehensive Tobacco Control and Prevention: A Presidential Advisory From the American Heart Association. Circulation 2019;139: e937-e958NL
  8. Benowitz – Nicotine and smokeless tobacco CA: a cancer journal for clinicians, 2008 – Wiley Online Library
  9. Severson HH, Forrester KK, Biglan A. Use of smokeless tobacco is a risk factor for cigarette smoking. Nicotine Tob Res. 2007; 9: 1331-7.
  10. Norberg M, Malmberg G, Ng N, Broström G. Who is using snus? – Time trends, socioeconomic and geographic characteristics of snus users in the ageing Swedish population. BMC Public Health 2011;11: 929.
  11. Kuendig H, Notari L, Gmel G. Le tabagisme chez les 15 à 25 ans en 2016: Analyse des données du Monitorage suisse des addictions. Lausanne, 2017.
  12. Dautzenberg B. Le tabac à sucer, cette drôle d’idée que la Suède veut exporter. Info Respiration (Paris) n◦96, avril 2010

Dernière modification: