Envoyer Imprimer

Fumer durant la grossesse: quels risques pour l'enfant?

Pratiquement toutes les mamans ou futures mamans le savent: fumer durant la grossesse est très mauvais pour l'enfant en devenir. Dans cet article vous trouverez une rapide synthèse de ce que l'on sait sur ces méfaits et sur les moyens de s'en prémunir.

Un bon moment pour arrêter?

Le monitorage sur le tabac en Suisse nous révèle que le nombre de femmes enceintes qui fument n'est pas négligeable! Entre 2001 et 2005, 13% des femmes enceintes révélaient qu'elles fumaient, ainsi que 22% des mères d'enfants en bas âge (de 0 à 3 ans). Pourtant, beaucoup de fumeuses prennent leur grossesse comme une opportunité pour arrêter ou pour diminuer leur consommation de cigarettes:

  • 25 % des femmes enceintes se sont présentées comme ex-fumeuses, ainsi que 19% des mères d'enfants en bas âge.
  • 90% des fumeuses ont signalé avoir réduit leur consommation depuis le début de leur grossesse et même les premières années après l'accouchement.
  • 60% des ex-fumeuses ont dit avoir arrêté à cause de leur grossesse, pour protéger leur enfant.

Cette décision d'arrêt est excellente! D'une part, parce que la future mère prend une mesure positive pour sa propre santé, elle pourra s'occuper au mieux de son enfant durant les prochaines années, mais aussi et surtout parce qu'elle prévient d'un des facteurs de risque majeur de complications lors de la grossesse.

Emission "Court du jour" (Radio Télévision Suisse)

Prévoir une conception

Les substances toxiques contenues dans le tabac viennent endommager l'ADN et les cellules humaines: fumer des cigarettes entraine ainsi une baisse de la fertilité en perturbant la production des spermatozoïdes chez les hommes et en diminuant le nombre d'ovocytes par ovaire chez la femme. Certaines études épidémiologiques ont mis en évidence que le tabagisme retardait en moyenne de deux mois la conception et que cet effet était directement lié au nombre de cigarettes que les personnes fumaient (Zenzes, 2000). Une méta-analyse d'études a même révélé que le tabagisme augmentait de 60% le risque d'infertilité chez les femmes (Augood et al., 1998).

Heureusement, cet effet néfaste sur la fertilité semble réversible: avec le temps, les ex-fumeurs rejoignent les taux de fertilité de ceux qui n'ont jamais fumé (Augood et al., 1998).
Arrêter de fumer augmente considérablement la fécondité et la fertilité.

Une nuisance pour le foetus

De nombreuses complications peuvent survenir durant la grossesse si la future mère fume. Elles sont principalement dues aux propriétés carcinogènes et mutagènes des substances toxiques contenues dans le tabac (métaux lourds, nitrosamines, etc.). En outre, le monoxyde de carbone (CO), un gaz toxique produit par la combustion que l'on peut trouver par ailleurs dans la pollution de nos villes, pénètre l'organisme de la mère, vient se fixer à la place de l'oxygène sur ses globules rouges et provoque ainsi un déficit en oxygène chronique (effet hypoxémiant). Il est à noter que la concentration de CO est même plus importante pour le foetus que pour la mère, des taux de 2 à 2.4 fois plus élevés.

Ainsi, le tabac est terriblement nocif pour le bébé de la femme enceinte. Le poids à la naissance des enfants dont la mère fume, est inférieur à celui des enfants dont la mère ne fume pas. Or, un poids trop petit à la naissance représente un risque important pour le nouveau-né. Les femmes qui ont arrêté de fumer avant ou pendant le premier trimestre de leur grossesse, peuvent réduire le risque d'avoir un enfant avec une insuffisance pondérale à la naissance, comme une non-fumeuse.

Par ailleurs, le tabagisme pendant la grossesse est responsable des problèmes suivants, et plus l'on fume, plus ces problèmes sont fréquents :

  • Grossesse extra-utérines
  • Fausses couches spontanées
  • Saignement vaginal
  • Mauvaise position du placenta, décollement prématuré du placenta, hématome rétroplacentaire
  • Rupture prématurée des membranes et accouchement prématuré
  • Retard de croissance in utéro avec un poids de naissance moyen plus faible du bébé (les enfants nés de fumeuses pèsent 200 grammes de moins que les enfants nés de non fumeuses)
  • Augmentation des complications à l'accouchement pour le bébé et pour la maman
  • Augmentation du risque du Syndrome Mort Subite du Nourrisson (multiplié par 3)
  • Diminution de production de lait maternel et passage de la nicotine dans le lait maternel
Tabac enfant malformation - fentes faciales, gastroschisis, craniosténoses en particulier. Photo: www.tabac-stop.net

Le taux global de malformations chez les enfants de femmes fumeuses en cours de grossesse ne semble pas différent de celui de la population générale.

En revanche, certaines malformations spécifiques sont significativement plus nombreuses chez les enfants de femmes fumeuses en cours de grossesse : fentes faciales, gastroschisis, craniosténoses en particulier.


Après la naissance, le risque continue

Les conséquences du tabagisme durant la grossesse se poursuivent même après un accouchement normal.

  • La nicotine traverse le placenta et passe également dans le lait maternel, elle agit ainsi sur le système nerveux du fœtus et du nourrisson.
  • Les enfants d'un fumeur ont 2 fois plus de risques de devenir eux-mêmes fumeurs que les enfants d'un non-fumeur.
  • Les enfants de fumeurs ont plus de problèmes respiratoires (notamment asthme, infections respiratoires) que les enfants de non-fumeurs.
  • Le risque de mort subite est plus élevé chez les nourrissons dont les parents fument.
  • Bien sûr, en arrêtant de fumer, vous ajoutez plusieurs années à votre espérance de vie et vous augmentez vos chances de voir grandir vos petits enfants.

Certaines de ces complications peuvent survenir même si vous avez réussi à vous abstenir durant la grossesse ou les premiers mois après l'enfantement. La fumée passive peut toujours aggraver des problèmes d'asthme ou d'allergie et vous serez toujours un modèle pour votre enfant qui risquera plus facilement de devenir fumeur à l'adolescence, si vous avez fumé durant son enfance.

Arrêter pendant la grossesse: quelles sont les aides?

Arrêter avant la grossesse est le meilleur moment, pour favoriser la conception et pour protéger la santé de l'enfant en devenir. Toutes les aides à l'arrêt sont alors disponibles. Vous pouvez parcourir les sections Astuces et Médicaments pour découvrir certaines méthodes qui ont fait leurs preuves. Rechercher le soutien est aussi une méthode très efficace! Parlez-en à vos proches, ou alors faites appel à une consultation de tabacologie près de chez vous. Sur le forum, vous trouverez des internautes et des professionnels qui sauront vous guider et vous écouter.

Si vous êtes déjà enceinte, vous pouvez également avoir accès à la grande majorité des aides. Si les traitements de substitution nicotiniques sont controversés, ils peuvent parfois être utilisés durant la grossesse. La nicotine est bel et bien nocive pour le foetus, mais si le traitement de substitution permet de suppléer à une grosse consommation de cigarette, les bénéfices peuvent être énormes, notamment sur le taux d'oxygène apporté à l'enfant. En effet, un substitut reste moins nocif qu'une cigarette car il ne délivre que de la nicotine et pas les milliers d'autres substances toxiques dont le monoxyde de carbone, gaz dangereux issu de la combustion. De toute façon, il s'agit d'une évaluation "coûts-bénéfices", bénéfices attendus et risques potentiels que vous pouvez faire avec votre gynécologue obstétricien, et votre tabacologue.

Toutes les autres méthodes -thérapies cognitivo-comportementales, livres et brochures "self-help", consultations ou soutien sur Internet - restent utilisables!

Références

 

Pour en savoir plus

 

Questions /réponses sur le thème "grossesse et tabagisme"

(Réponses du Dr Jean-Paul Humair, médecin tabacologue aux Hôpitaux universitaires de Genève)

Question: Je suis enceinte, mais je n'ai pas vraiment envie d'arrêter la cigarette, car j'aime fumer. Est-ce vraiment si grave?
Réponse: Votre tabagisme entraîne de très sérieux risques pour votre enfant. Mieux vaut arrêter de fumer maintenant (voyez notre brochure pour les femmes sur le site).

Question: Je suis enceinte d'un mois et je souhaite arrêter de fumer. Que puis-je utiliser comme aide: patch, Zyban, etc? Sachant que pour mon premier bébé, je n'ai pas réussi à arrêter ni pendant la grossesse ni pendant l'allaitement.
Réponse:

  1. Zyban et grossesse: comme pour beaucoup de médicaments, il n'y a que peu de données sur les effets du Zyban durant la grossesse chez l'humain. Il n'y a pas d'effet toxique connu du Zyban sur le développement du bébé durant la grossesse, notamment pas de malformation. Même si on préfère l'utiliser hors de la grossesse, il est tout de même possible de l'administrer durant la grossesse. Parlez en à votre gynécologue et voyez ensemble qu'elle la meilleure solution : il faut considérer la toxicité du tabac durant la grossesse, qui est, elle, bien démontrée vu que le tabagisme augmente les risques de fausse couche et d'accouchement prématuré. Si vous programmez une grossesse, il faut compter environ 1 semaine pour éliminer le Zyban après qu'il ait été arrêté. Etant donné que le principe actif de Zyban passe dans le lait maternel, l'allaitement est déconseillé pendant son administration.
  2. Substituts en nicotine et grossesse: les substituts en nicotine peuvent être utilisés pour une femme qui n'arrive pas à arrêter de fumer sans aide pharmacologique. Pour cela on préférera plutôt des substituts à courte durée d'action (tous les substituts ou les patchs à plus courte durée). La nicotine n'a pas été démontrée comme étant nocive pour le foetus et les substituts ne donnent que 50-60% de la nicotine absorbée en fumant. Par contre le tabac est clairement toxique pour le foetus, non pas en raison de la nicotine mais à cause des nombreuses (>4000) substances qu'il contient et du monoxyde de carbone issu de la combustion.

 

 

Mise à jour le Jeudi, 14 Février 2013 15:47  

tabac-rtl-oct-2014

 

 

6 applications pour arrêter de fumer

Le prix du paquet de cigarettes devrait augmenter de 30 centimes le 1er janvier 2015. Tour d'horizon des applications les plus efficaces pour arrêter de fumer.

Une nouvelle hausse qui devrait dissuader bon nombre de fumeurs, alors que les ventes de cigarettes ont déjà diminué de 7.5% en volume l'année passée, et que les interdictions de fumer dans les lieux publics risquent d'être étendues par un nouveau projet de loi porté par Marisol Touraine.Pour mettre un frein à leur addiction, de plus en plus de fumeurs se tournent vers les applications mobiles. Tour d'horizon des plus pertinentes pour un sevrage efficace, en parallèle à une prise en charge médicalisée.

Lire la suite (source RTL oct 2014)