Arrêter de fumer S'informer Publications Revue de presse Tribune de Genève, 21 janvier 2008

Tribune de Genève, 21 janvier 2008

Envoyer Imprimer
 
La fumée passive tue. Faut-il l'interdire?
(publié avec l'autorisation de la Tribune de Genève)

 

VOTATIONS La fumée passive tue entre une et trois personnes par jour en Suisse. Le risque de cancer du poumon croît de 30%. Si le peuple se prononce pour l’interdiction le 24 février, quand et comment s’appliquera la loi? Patrons et employés de lieux publics disent comment ils envisagent la vie de leur établissement sans tabac.

Par SOPHIE DAVARIS

Le 24 février, les Genevois diront s’ils veulent interdire la fumée dans les lieux publics. Chacun le sait: fumer tue. Mais qu’en est-il de la fumée passive? Et qu’entend-on exactement par là? Fumer passivement, c’est être exposé à la fumée d’autrui, mélange de ce que les fumeurs exhalent et de la combustion de la cigarette. Jean-Paul Humair, médecin adjoint du Service de médecine de premier recours aux Hôpitaux universitaires de Genève, explique pourquoi la fumée est si toxique.

D’une part, sur les 4000 produits chimiques libérés par une cigarette allumée, une cinquantaine sont cancérigènes. Parmi eux, les goudrons et les nitrosamines, des substances dont la concentration est quarante fois plus élevée dans la fumée passive. D’autre part, le monoxyde de carbone dégagé par la combustion provoque des maladies cardio-vasculaires. D’accord, mais comment différencier les effets de la fumée active de ceux provoqués par une inhalation passive?

Jamais inoffensive

Pour évoquer la fumée active, le docteur Humair a une phrase lapidaire: «Un fumeur sur deux développe et meurt d’une maladie liée au tabac.» Même si le risque est moindre, la fumée passive est aussi dangereuse, entraînant, comme le martèle l’Organisation mondiale de la santé, «la maladie, l’incapacité et la mort».

Comme pour la fumée active, il n’existe pas de seuil en deçà duquel elle est inoffensive, mais la dangerosité augmente avec l’intensité et la durée d’exposition. «Passer dix minutes dans un café enfumé une fois par mois n’est évidemment pas aussi nocif qu’être employé de ce bistrot à temps plein», indique Jean-Paul Humair.

La fumée passive pique les yeux, fait tousser et éternuer. A moyen terme, elle accroît le risque d’infection des voies respiratoires. Et à long terme, elle provoque des infarctus, des cancers du poumon et des problèmes respiratoires chroniques (voir ci-dessous).

Effets bénéfiques

Au total, on estime que la fumée passive tue entre 500 et 1000 personnes en Suisse chaque année. Pour y remédier, le docteur Humair est très clair: «Il faut interdire la fumée dans les lieux publics. On peut évaluer la qualité de l’air en mesurant les taux de concentration en particules fines provenant de la combustion. Dans les cafés et restaurants où l’on fume, la qualité de l’air est souvent malsaine à très malsaine. » Pour le médecin, «aucune technique de ventilation ne peut empêcher la nocivité de la fumée passive. Prétendre régler la question avec des fumoirs est indéfendable du point de vue de la santé publique. »

De fait, le médecin relève que les pays et les régions qui ont interdit la fumée constatent rapidement des effets positifs sur la santé. «En Italie et aux Etats-Unis, le nombre d’hospitalisations pour des problèmes cardiaques aigus a baissé de 13% en quelques mois. » Les effets à long terme sur les cancers, eux, sont plus longs à se manifester. En tout cas, l’interdiction incite les fumeurs à réduire leur consommation. «Un à deux ans après avoir imposé une interdiction totale de fumer, les entreprises voient le tabagisme de leurs collaborateurs diminuer de 6% (et de 3% pour une interdiction partielle). »

 

Les ravages du tabagisme actif et passif

La fumée active provoque trois grands types de maladie et a une kyrielle d’autres effets. En voici l’inventaire, dressé par le docteur Jean-Paul Humair.

Les maladies cardio-vasculaires :

- maladies coronariennes (infarctus, angine de poitrine);

- accidents vasculaires cérébraux (attaques cérébrales);

- artériopathie (obstruction de l’aorte et des artères des jambes).

Les cancers:

- du poumon: le risque est multiplié par 20. Le taux de survie à cinq ans est de 10% à 15%;

-des voies otho-rhino-laryngologiques (ORL): le nez, la gorge, la bouche, la langue, le larynx;

- des voies digestives supérieures: l’œsophage, l’estomac;

- des voies urinaires: du rein à la vessie

- du col de l’utérus

- probablement du cancer du sein, mais la question n’est pas tranchée.

Les maladies respiratoires:

- bronchites chroniques obstructives;

- pneumonies;

- infections virales ou bactériennes des voies respiratoires, deux fois plus fréquentes car le tabac crée un terrain favorable au développement des germes.

Menaces sur la grossesse et le fœtus :

- fausses couches;

- retard de croissance intra-utérin;

-complications lors de l’accouchement: hémorragie, rupture prématurée de la poche des eaux;

- complications à la naissance;

- mort subite du nourrisson.

Divers:

- ostéoporose;

-ulcère de l’estomac;

- troubles érectiles chez l’homme;

- stérilité chez l’homme et la femme;

- dégénérescence maculaire de l’œil;

- vieillissement prématuré de la peau;

- paradontose, une maladie des gencives qui peut conduire à la perte des dents.

La fumée passive augmente, dans une proportion moindre, certaines de ces maladies.

- Chez l’adulte , le risque de développer un cancer du poumon augmente de 30%.

- Le risque de maladie coronarienne (arrêt cardiaque, angine de poitrine) s’accroît lui aussi de 30%.

- Les symptômes respiratoires (toux, expectorations, difficultés respiratoires, asthme) croissent de 30 à 200%.

- Par ailleurs, on suspecte la fumée passive de favoriser les cancers ORL, du sein et du col de l’utérus et les accidents vasculaires cérébraux.

Chez l’enfant , la fumée passive péjore les fonctions respiratoires et favorise l’asthme.

- Le risque de mort subite du nourrisson s’accroît.

- Les infections des voies respiratoires, comme les bronchites ou les otites, sont plus fréquentes.

- Le tabagisme passif a également un effet négatif sur la croissance du fœtus. (sd)

Mise à jour le Mardi, 05 Février 2008 14:15  

tabac-rtl-oct-2014

 

 

6 applications pour arrêter de fumer

Le prix du paquet de cigarettes devrait augmenter de 30 centimes le 1er janvier 2015. Tour d'horizon des applications les plus efficaces pour arrêter de fumer.

Une nouvelle hausse qui devrait dissuader bon nombre de fumeurs, alors que les ventes de cigarettes ont déjà diminué de 7.5% en volume l'année passée, et que les interdictions de fumer dans les lieux publics risquent d'être étendues par un nouveau projet de loi porté par Marisol Touraine.Pour mettre un frein à leur addiction, de plus en plus de fumeurs se tournent vers les applications mobiles. Tour d'horizon des plus pertinentes pour un sevrage efficace, en parallèle à une prise en charge médicalisée.

Lire la suite (source RTL oct 2014)