Arrêter de fumer La cytisine (Tabex)
Envoyer Imprimer

La cytisine (Tabex)

La cytisine est une molécule utilisée comme traitement anti-tabac en Europe de l’Est depuis plusieurs dizaines d’années. Des travaux ont été publiés sur ses effets depuis 1967 mais aucun essai ne correspondait à nos normes actuelles. C’est chose faite aujourd’hui : une première grande étude montre que la cytisine est efficace pour arrêter de fumer.  Toutefois, la cytisine n'est pas approuvée par les autorités de contrôle des médicaments en Suisse ou en France. Zoom sur ce médicament.

Une molécule utilisée depuis 40 ans pour le sevrage tabagique

La cytisine est un alcaloïde que l’on trouve dans toutes les parties de la plante Cytisus Laburnum, et notamment dans ses graines. Son action est semblable à celle de la nicotine. D’ailleurs, pendant la Seconde Guerre Mondiale, les feuilles de Cytisus Laburnum étaient utilisées comme substitut au tabac. Les soldats russes appelaient cette plante « le faux tabac ». En 1978, l’industrie du tabac a identifié la cytisine comme étant la substance ayant l’action pharmacologique la plus proche de la nicotine. Agoniste des récepteurs nicotiniques alpha4bêta2, la cytisine est utilisée en Europe de l’Est comme substitut nicotinique depuis 40 ans. Cette molécule a été commercialisée sous le nom de Tabex par une société bulgare. Ses avantages ? Les tablettes de cytisine peuvent être produites à très faible coût : ainsi, en Russie, en Pologne, en Bulgarie, un traitement de 25 jours de Tabex revient 5 à 15 fois moins cher qu’un traitement de 25 jours à base de patchs ou de gommes à la nicotine. En outre, c’est un traitement court, d’une durée de 25 jours. Chaque tablette de Tabex contient 1,5 mg de cytisine. Le candidat à l’arrêt du tabac doit prendre 6 tablettes par jour les trois premiers jours suivant l’arrêt du tabac puis réduire à 2 tablettes par jour jusqu’au 25ème jour, date d’arrêt du traitement. Le Tabex est contre-indiqué chez les personnes souffrant d’hypertension ou d’athérosclérose avancée. Malgré ses nombreuses années d’utilisation en Europe de l’Est, la cytisine n’a pas reçu d’autorisation de mise sur le marché en Europe de l’Ouest et aux Etats-Unis faute d’études suffisamment solides jusqu’à récemment.

Les études sur cette molécule

Des études sur l’efficacité de la cytisine comme aide au sevrage tabagique ont été menées en Bulgarie, en Allemagne de l’Est et de l’Ouest, en Pologne et en Russie depuis les années 1960. Trois essais contre placebo ont été conduits en Allemagne de l’Est et de l’Ouest dans les années 1960 et 1970. Ces travaux ont suggéré que la cytisine pouvait aider à arrêter de fumer et était bien tolérée malgré certains effets secondaires : prise de poids, maux de tête, brûlures d’estomac. Des nausées, vertiges, diarrhées et problèmes digestifs ont aussi été rapportés dans certaines études, mais soit sans comparaison avec placebo,  soit sans différence  notable avec le placebo. Certaines études notent des effets de la cytisine sur la pression artérielle, mais les chiffres sont contradictoires selon les études. A noter : ces effets secondaires constatés lors de ces différentes études ne sont pas les mêmes  que ceux indiqués par le fabricant de Tabex, à savoir : changement des goûts et de l’appétit, sécheresse au niveau de la bouche, maux de tête, irascibilité, nausées, constipation, tachycardie, légère augmentation de la pression artérielle. En tant qu’agoniste partiel de la nicotine, la cytisine présente les mêmes effets secondaires que les thérapies de substitution nicotinique et la varénicline.

Cependant, toutes ces études n’ont pas été réalisées en accord avec les normes actuelles de qualité des essais cliniques. Et les études pré-cliniques sur le dosage optimal qui précèdent normalement les essais n’ont jamais été conduites. Il manquait donc des études de plus grande ampleur pour s’assurer que ce médicament pouvait répondre aux normes d’autorisation  européennes et américaines de mise sur le marché (AMM). Une première grande étude a été réalisée récemment et ses résultats ont été publiés dans The New England Journal of Medicine en septembre 2011.

Une nouvelle étude démontre son efficacité

Des chercheurs anglais de l’University College de Londres ont mené une étude sur la cytisine mono-centrique, en double aveugle et randomisée sur 740 participants fumant plus de 10 cigarettes par jour. Ceux-ci ont reçu soit la cytisine (6 tablettes de 1,5 mg pendant 3 jours, puis 5 tablettes pendant 9 jours, 4 tablettes pendant 4 jours, 3 tablettes pendant 4 jours, puis 2 tablettes pendant les 5 derniers jours) soit un placebo pendant 25 jours. 12 mois après le traitement, le taux d’abstinence était de 8,4% dans le groupe de participants ayant pris de la cytisine contre 2,4% dans le groupe placebo. La différence relative entre les 2 groupes (taux relatif=3,4) est supérieure à celle obtenue avec des substituts nicotiniques (1,6) ou avec de la varénicline (2,3) dans des études contre placebo. Les effets secondaires observés ? Des troubles gastro-intestinaux (maux d’estomac, nausées…), des vertiges et des problèmes de sommeil plus fréquents dans le groupe « cytisine » que dans le groupe «placebo ».

Les chercheurs de cette étude concluent que la cytisine est réellement efficace pour arrêter de fumer. Il reste encore à voir si un traitement plus long améliorerait encore les chiffres d’abstinence tabagique – le traitement est de 8 semaines pour les thérapies de substitution nicotinique et de 12 semaines pour la varénicline – et à regarder les chiffres de sevrage obtenus en alliant un traitement avec de la cytisine et un suivi psychologique par des professionnels de santé. D’autres études incluant plus de participants devraient également être conduites afin d’évaluer les effets indésirables rares liés à la prise de cytisine, même si les registres des pays où la cytisine est commercialisée sont rassurants. Toutefois, des effets négatifs neuropsychiatriques ont été rapportés chez des personnes prenant de la varénicline, et comme la cytisine est un médicament similaire, on peut s’attendre à des effets semblables.

Ces premiers résultats sont cependant prometteurs et donnent l’espoir d’un traitement anti-tabac efficace, à faible coût, donc attractif pour les pays ou les personnes à faible et moyen revenu.

Notre recommandation

La cytisine n'est pas approuvée par les autorités de contrôle des médicaments en Suisse ou en France (mais le Tabex est autorisé en Europe de l'Est). De plus, nous ne recommandons pas d'acheter de médicaments sur Internet. Dans l'attente d'une éventuelle approbation de cette substance, de données plus complètes sur ses effets secondaires et de son éventuelle mise en vente en pharmacie, nous n'en recommandons pas l'usage pour l'instant.

Site du fabricant

Références


Auteurs: Anne-Sophie Glover-Bondeau et Jean-François Etter / novembre 2011-mai  2012

Mise à jour le Vendredi, 04 Mai 2012 08:12  

tabac-rtl-oct-2014

 

 

6 applications pour arrêter de fumer

Le prix du paquet de cigarettes devrait augmenter de 30 centimes le 1er janvier 2015. Tour d'horizon des applications les plus efficaces pour arrêter de fumer.

Une nouvelle hausse qui devrait dissuader bon nombre de fumeurs, alors que les ventes de cigarettes ont déjà diminué de 7.5% en volume l'année passée, et que les interdictions de fumer dans les lieux publics risquent d'être étendues par un nouveau projet de loi porté par Marisol Touraine.Pour mettre un frein à leur addiction, de plus en plus de fumeurs se tournent vers les applications mobiles. Tour d'horizon des plus pertinentes pour un sevrage efficace, en parallèle à une prise en charge médicalisée.

Lire la suite (source RTL oct 2014)