Arrêter de fumer
Envoyer Imprimer

La cigarette électronique

Les cigarettes électroniques, ou « e-cigarettes », ont la forme des cigarettes, elles en reproduisent les sensations et en ont même parfois le goût. Elles sont donc souvent présentées par leurs fabricants comme une aide au sevrage tabagique, efficace et sans danger . Pourtant, leur efficacité et leurs effets sur la santé n’ont pas encore été évalués. Ainsi, une certaine prudence s’impose...

Emission sur la cigarette électronique

Description

Les e-cigarettes apparaissent sous des formes variées mais sont généralement constituées d'une batterie, d'un microprocesseur, d'un pulvérisateur et d'une cartouche dans laquelle se trouve un liquide contenant des arômes, de la nicotine et le plus souvent du propylène glycol pour la production de vapeur.

e-cig libre

Lors de l'aspiration, le liquide mélangé à l'air inspiré est diffusé sous forme de vapeur qui reproduit la fumée d'une cigarette et est inhalée par l'utilisateur. Lorsque la cartouche est vidée de son liquide, l’utilisateur la remplit à nouveau ou la remplace. Parfois, une diode s’allume à l’extrémité afin de simuler la combustion.

La chimie des substances inhalées et leur toxicité est au centre du débat sur la nocivité des cigarettes électroniques (notamment le propylène glycol dont on ne connait pas l’effet à long terme sur l’organisme lorsqu’il est inhalé).

Les cigarettes électroniques sont toujours plus en vogue, elles sont inodores et expulsent de la vapeur

Malgré tout, une étude de l'université de Genève démontre la forte teneur en nicotine pour le fumeur et l'entourage. (Téléjournal : TSR 29 novembre 2011)

Impact sur la santé : peu de données disponibles

Ces dernières années, les cigarettes électroniques ont connu un essor considérable. Une enquête suggère que près de 9% des fumeurs au Royaume-Uni l'ont déjà essayée (Dockrell, 2010). Au-delà de l'engouement suscité par la e-cigarette, il est nécessaire de connaître son effet sur la santé. Sur ce sujet, les avis s’opposent et tous les spécialistes ne sont pas d'accord.



D’un côté, les partisans arguent qu’une cigarette sans fumée est bien moins nocive que les cigarettes puisque c’est avant tout les substances contenues dans la fumée qui provoquent des maladies mortelles. Ils insistent également sur le fait que prendre de la nicotine de cette manière est bien plus agréable que sous la forme des substituts (patch, gommes, etc.) et donc sans doute au moins aussi efficace dans l’aide au sevrage tabagique.

D’un autre côté, les opposants pensent que l’innocuité de l’inhalation des substances contenues dans les cigarettes électroniques n’a pas encore été démontrée. Par ailleurs, ils affirment que l'on devrait utiliser plutôt les substituts nicotiniques autorisés qui ont l'avantage d'être soumis à des procédures rigoureuses de production et d'évaluation.

Fin juillet 2009, l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments, Food and Drug Administration (FDA), a publié un article mettant en garde contre les risques possibles des cigarettes électroniques (FDA and Public Health Experts Warn About Electronic Cigarettes). Certaines analyses en laboratoire auraient révélé la présence de substances toxiques ou carcinogènes telles que les nitrosamines dans les cartouches.

“The FDA’s Division of Pharmaceutical Analysis analyzed the ingredients in a small sample of cartridges from two leading brands of electronic cigarettes. In one sample, the FDA’s analyses detected diethylene glycol, a chemical used in antifreeze that is toxic to humans, and in several other samples, the FDA analyses detected carcinogens, including nitrosamines. These tests indicate that these products contained detectable levels of known carcinogens and toxic chemicals to which users could potentially be exposed.”

Pourtant, ces substances ont été détectées à des niveaux bien inférieurs que lors de la combustion du tabac. Si la FDA met donc en garde contre l’éventuelle toxicité des e-cigarettes, elle n’affirme pas pour autant que leur dangerosité soit comparable aux produits du tabac fumés.

L'Office français de prévention du tabagisme (OFT) a publié en mai 2013 un rapport très complet sur la cigarette électronique: ce rapport indique "que les recherches de cancérigènes dans la vapeur de la e-cigarette n'identifient actuellement aucun produit cancérigène probable ou certain pour l'homme" (Rapport et avis d'experts sur la e-cigarette, OFT, mai 2013).

Une étude récente parue dans la Revue des Maladies Respiratoires qui a établi une comparaison de l'aérosol de la cigarette électronique à celui des cigarettes ordinaires et de la chicha, a montré que la cigarette électronique ne présentait pas de risque réel de " tabagisme passif".

Les effets au long terme du produit, notamment par l'inhalation répétée des substances contenues dans les vapeurs, n'ont pas été étudiés et peuvent être potentiellement dangereux pour la santé.

L’organisation mondiale de la santé (OMS) tient globalement le même discours.

Bien qu'il faille toujours rester prudent, ce rapport n'est pas alarmant si on tient compte des limitations de ses résultats mises en exergue par une contre-expertise (Technical Review and Analysis of FDA Report: "Evaluation of e-cigarettes"). En effet, son auteur soutient que le rapport de la FDA ne suffit pas à affirmer que les cigarettes électroniques testées présentent des risques pour la santé.

Petit à petit, on voit apparaitre des études cliniques qui statuent sur le risque de l'usage chronique de e-cigarettes (voir "ce que l'on sait"). Stop-tabac.ch, comme beaucoup d'autres spécialistes de la lutte contre le tabagisme, rappelle donc qu'il vaut mieux arrêter de fumer en se servant des médicaments et des méthodes qui ont fait leurs preuves... 

Une récente étude de Chris Bullen de l'Université d'Auckland, publiée dans The Lancet a montré que la cigarette électronique présentait une efficacité au minimum équivalente aux patchs pour l'arrêt du tabac et nettement supérieure aux patchs pour la réduction de la consommation de tabac. Un peu plus de la moitié de ceux qui ont testé l'e-cigarette ont réussi à diviser par deux ou plus leur consommation de tabac, alors que seulement 41% de ceux utilisant le patch sont parvenus à ce résultat (Christopher Bullen et al., 2013).

La meilleure solution reste d'arrêter

Quoi qu'il en soit, le meilleur moyen d'éviter les risques associés à la consommation de tabac est évidemment de ne pas fumer. Il n'y a pas de meilleures alternatives.

Autorisations

Pour le moment, la vente de ces produits n’est pas complétement autorisée en Suisse. Le droit fédéral suisse interdit l’adjonction de nicotine aux objets usuels entrant en contact avec les muqueuses. Pour que la vente de ces produits devienne légale sur le marché suisse, la seule possibilité est que ces produits soient considérés comme médicaments et autorisés par Swissmedic. Jusqu’à présent, aucune autorisation n’a été donnée pour la e-cigarette.

Actuellement, il est autorisé d'importer pour un usage privé les cigarettes électroniques (c'est à dire l'appareil) ainsi que les cartouches de recharge ne contenant pas de nicotine: l'usage privé n'est soumis à aucun restriction et s'effectue aux risques de l'utilisateur. Par contre, l'importation pour usage privé de cartouches de recharge contenant de la nicotine est limitée à 150 cartouches de recharge ou 150 ml de liquide de recharge contenant de la nicotine.

La commercialisation des cigarettes électroniques ne contenant pas de nicotine est autorisée si et seulement si les distributeurs professionnels peuvent assurer que les substances émises ne présentent pas de danger pour la santé humaine.

Aux États-Unis, la FDA a décidé en avril 2011 de réguler la cigarette électronique comme un produit tabagique et non plus comme un appareil servant à délivrer de la drogue.

En Europe, un vote  le 8 octobre 2013 des députés européens a permis à la cigarette électronique de rester un produit d'usage courant.

En France, la cigarette électronique est en vente libre et son usage est permis dans les lieux publics. Cependant, la ministre de la santé, Marisol Touraine, a annoncé en mai 2013 son intention d'interdire l'usage de la cigarette électronique dans les lieux publics et d'interdire sa vente aux mineurs de moins de 16 ans.

L'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) appelle cependant à la plus grande prudence. En effet, si les fabricants "revendiquent" son efficacité pour le sevrage tabagique, que la cartouche contienne de la nicotine ou non, "la cigarette électronique répond à la définition de médicament et doit à ce titre obtenir une autorisation de mise sur le marché" et un marquage CE. Ce qui n'est pas le cas à ce jour. En revanche, "si le sevrage tabagique n'est pas revendiqué et que la cartouche ne contient" ni substance médicamenteuse, ni nicotine, "la cigarette électronique relève de la réglementation sur la sécurité générale des produits". Depuis juillet 2008, les autorités sanitaires françaises déconseillent l'usage des cigarettes électroniques aux femmes enceintes et allaitantes.

L'Afssaps va conduire une évaluation approfondie avec des experts en toxicologie afin de s'assurer que les substances chimiques (propylène glycol, dérivés terpénique tels que le menthol et le linalol, et parfois de la nicotine) contenues dans les cigarettes électroniques n'ont pas d'effets toxiques sur l'organisme. L'Afssaps affirme, en effet, que "le propylène glycol est un solvant au pouvoir irritant, qui peut également entraîner des effets neurologiques comparables à l'état d'ébriété tandis que les dérivés terpéniques pourraient avoir une incidence chez les consommateurs présentant des antécédents d'épilepsie".

Ce qu'en pense l'Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP)

L'OFSP recommande la plus grande prudence dans l'utilisation des cigarettes électroniques puisque leur impact sur la santé n'a pas été clairement établi. Par ailleurs, il met en garde contre les risques d'intoxications en cas de maniement inadéquat ou d'absorption accidentelle par les enfants de la nicotine contenue dans certaines recharges. Vous trouverez toutes les informations et recommandations émises par l'OFSP dans la lettre d'information n0 146: Cigarettes électriques, cigarettes électroniques, cigarettes virtuelles.


Livre sur la cigarette électronique

Forum sur la cigarette électronique sur Stop-tabac.ch

Forum sur la cigarette électronique sur forum-ecigarette.com

Questionnaire sur la cigarette électronique: donnez votre opinion!


En savoir plus

Vu dans la presse

Références

 

Dossier sur la cigarette électronique

Usages de l'E-cig

L'essentiel

Mode d'emploi de l'e-cig pour un sevrage

L'E-cig en question scientifiquement

Un point sur la recherche

E-cig avec nicotine, les conséquences sanitaires

Décryptage des e-liquides

Usage de l'e-cig chez les jeunes

Nos publications sur la cigarette électronique

 

Mise à jour le Mercredi, 18 Juin 2014 14:46  

tabac-rtl-oct-2014

 

 

6 applications pour arrêter de fumer

Le prix du paquet de cigarettes devrait augmenter de 30 centimes le 1er janvier 2015. Tour d'horizon des applications les plus efficaces pour arrêter de fumer.

Une nouvelle hausse qui devrait dissuader bon nombre de fumeurs, alors que les ventes de cigarettes ont déjà diminué de 7.5% en volume l'année passée, et que les interdictions de fumer dans les lieux publics risquent d'être étendues par un nouveau projet de loi porté par Marisol Touraine.Pour mettre un frein à leur addiction, de plus en plus de fumeurs se tournent vers les applications mobiles. Tour d'horizon des plus pertinentes pour un sevrage efficace, en parallèle à une prise en charge médicalisée.

Lire la suite (source RTL oct 2014)