FAQ - Médicaments destinés à faciliter l'arrêt du tabac

A propos de la varénicline (Champix®)

Question: Après plusieurs tentatives ratées, j'aimerais parler à mon médecin du Champix®. Il paraît que ça marche bien. Mon petit ami est là pour me soutenir, il veut se marier avec moi, mais veut une épouse et une future mère pour ses enfants non fumeuse. C'est si dur encore pour moi de passer une soirée avec des amis sans fumer, boire un verre sans fumer, etc... En quoi le Champix® peut m'aider, dites moi comment ça marche, quels sont les effets positifs et négatifs? Combien ça coûte?

Réponse : Le Champix® est un médicament qui peut être utile. Surtout si on ne souffre pas de  tendances dépressives. Il en coûte le même prix que de fumer 1 paquet de 20 cig par jour pendant 3 mois.
La dose d'instauration est progressive sur la première semaine, vous arrêtez de fumer au 8e jour et vous le prenez matin et soir pednant 2 à 6 mois.
C'est de la varenicline, une molécule qui ressemble physiquement à la nicotine, qui se fixe sur son récepteur dans le cerveau limbique et qui bloque ce récepteur sans déclencher de pic de plaisr comme la nicotine. Elle reste fixée 12 heures, c'est pour cela qu'il faut en prendre 2 fois par jour. Du coup la nicotine des cigarettes ne déclenche plus rien et on se déshabitue...
Les effets secondaires sont surtout dominés par les nausées qui normalement doivent disparaître au cours de la première semaine, et par les rêves anormaux (pas cauchemards).
Vos motivations m'ont l'air bien mûries. Il vous reste juste à sauter le pas pour voir si cela vous convient. Vous serez surprise de constater que la cigarette n'est pas tant un pillier dans votre vie. Le plaisir que vous ressentez en fumant au quotidien est un plaisir à la demande, artificiel, rapide, qui sera bien vite remplacé par des plaisirs réels et plus intéressants. Mais il faut me croire sur parole et tenter le coup! Accepter de vous séparer de ce plaisir artificiel est la meilleure chose que vous puissiez faire pour votre santé physique et mentale!

A propos du Zyban®

Question: Pourquoi faut-il prendre du Zyban® entre 8 et 9 semaines ? Et si on arrête avant, ça fait quoi ?

Réponse: La durée du traitement par Zyban® de 8 à 9 semaines a été établie suite à des études qui montrent que cette durée couvre le temps de sevrage physique de la nicotine et sa consolidation.
Les troubles du sommeil sous forme d'un sommeil avec de fréquents réveils, suivis néanmoins d'un réendromissement relativement facile est un des effets secondaires connus du Zyban®. Pour diminuer cet effet, il est recommandé de prendre le deuxième comprimé plus tôt dans l'après-midi et non pas en soirée, pour autant que l'intervalle entre les 2 comprimés de la journée soit au minimum de 8 heures.
L'absorption d'alcool est contre-indiquée lorsque l'on prend du Zyban®, car le Zyban® accentue les effets de l'alcool. C'est-à-dire que vous ressentirez l'effet d'ébriété avec une quantité plus faible d'alcool.
Finalement, vous avez décidé de diminuer le dosage du Zyban® à raison de 1 comprimé par jour. Vous avez pu constater que les effets secondaires ont diminué. C'est très bien d'avoir diminuer de moitié le dosage du Zyban®. Les effets positifs vous les avez ressentis. Quand à l'efficacité du traitement, vous n'avez pas à vous inquiéter, elle sera la même. Dans le pire des cas, si vous deviez être à nouveau confronté à des tentations auxquelles vous auriez de la peine à résister, il est possible de prolonger un peu le traitement de Zyban®.

Question: Le bupropion (Zyban®) est-il dangereux?

Réponse: Il y a eu par le passé des informations dans les médias concernant le Zyban® qui suscitent les inquiétudes du public. Face aux différentes informations et controverses parues dans les médias concernant ce médicament, voici l'avis du Dr J.-P.Humair:
L'annonce récente des dangers mortels du Zyban® en Grande-Bretagne est un exemple typique de distorsion de l'information concernant la santé souvent faite par les médias. Ceux-ci ont en effet transformé l'information '57 décès pendant ou après la prise du Zyban®' en une information plus accrocheuse '57 décès dus au Zyban®'.
Etant remonté jusqu'aux sources d'information et en me basant sur les données disponibles au sujet du Zyban®, je tiens à apporter les précisions suivantes:

  • Les 57 décès ne sont que des notifications de décès de personnes prenant ou ayant récemment pris ce médicament à l'agence britannique de contrôle des médicaments
  • Ces notifications sont un processus normal de contrÜle de tous les médicaments et leur nombre est toujours plus élevé peu après l'introduction d'un nouveau médicament
  • Ces notifications font l'objet d'investigations qui n'ont pour l'instant montré aucune relation de cause à effet entre le Zyban® et les décès
  • La plupart des personnes décédées avaient déjà une maladie expliquant le décès, dont un bon nombre étaient dus au tabagisme
  • Même les personnes qui ont arrêté de fumer (avec ou sans Zyban®) ont pu développer une nouvelle maladie due au tabac car le risque ne diminue que progressivement en quelques années
  • Toutes les études menées jusqu'ici ont montré qu'il n'y avait pas de différence dans le nombre de décès entre les fumeurs utilisateurs de Zyban® et ceux qui prennent un placebo
  • Ce médicament est utilisé pour l'arrêt du tabac aux USA et au Canada depuis au moins 5 ans et on n'a jamais démontré l'existence de décès dus au Zyban®; ceci est aussi le cas pour le Wellbutrin qui contient la même substance à dose plus élevée pour le traitement de la dépression
  • Si ces décès étaient attribuables au Zyban®, (ce qui n'est actuellement pas du tout le cas), le risque reste infime (57/400'000, soit 0.014%) et sans comparaison avec le risque énorme de décès du au tabac qui est de 50%!!!
  • Enfin il faut relever que les médias sont plus souvent soucieux de vendre leurs informations que de la santé publique, quitte à affoler la population. D'autre part, il faut sérieusement mettre en doute l'impartialité des médias au sujet du tabagisme car ils sont financièrement très dépendants de l'industrie du tabac (eux aussi!) dont ils relaient les messages publicitaires.

A propos de la Clonidine

Question: Je voudrais savoir si la clonidine est efficace pour l'arrêt du tabac?

Réponse: La Clonidine est utilisée à la base comme un hypotenseur.
Il y a effectivement des études qui montrent l'efficacité de la Clonidine dans l'arrêt du tabac. Cependant le taux d'efficacité pour l'arrêt tabac est comparable à celui des autres moyens proposés pour l'arrêt, c'est-à-dire substituts nicotiniques et buproprion.
La Clonidine a des effets secondaires qui ne sont pas négligeables, tels que vertiges avec hypotension artérielle, bouche sèche et somnolence. De plus ce moyen n'est pas reconnu, en tout cas en Suisse et probablement dans toute l'Europe comme moyen pour arrêter de fumer.
En conclusion, la Clonidine a le même taux d'efficacité pour l'arrêt du tabac, mais est grevé de nombreux effets secondaires et ne doit être utilisée pour l'arrêt tabac qu'en dernier recours après avoir prouvé que les autres moyens n'ont pas été efficaces. Et tout cela pour autant que vous soyez en bonne santé et qu'un médecin soit d'accord de prescrire la Clonidine dans ce but bien précis.

 

 

  • icon Appli Stop-tabac pour Android et iOS (Gratuit)
  

Appli Stop-tabac (Gratuit)

Choisissez votre version:           Android android logo           iPhone  IOS

Cette application vous aide à arrêter de fumer. 

Développée par des experts de l'arrêt du tabac de l'Université de Genève, elle vous propose gratuitement des conseils personnalisés. Après avoir défini votre profil, vous pourrez accéder à des conseils et un journal de votre consommation. Pour accéder à l’application, vous devez participer à une étude d’évaluation avec questionnaire de suivi après quelques mois.

bandeau bottom
 

Documentation

brochures

Brochures - Images - Autocollants

www.stop-alcool.ch

http://www.stop-cannabis.ch

logo