FAQ - Substituts de nicotine (substituts nicotiniques)

Patch de nicotine

I. Question: Depuis 18 jours sans clopes, avec patches nicorette 15mg de 7h00 à 18h00, j'ai oublié d'en poser un hier matin. Pas de problème toute la journée, j'ai même passé la soirée avec des amis qui fument comme des dingos, sans aucune envie, au contraire, l'odeur de mes fringues en rentrant me dégoûtait. Mais voilà, bien que fatiguée, impossible de dormir. Mon coeur tapait très fort (pas vite mais fort) ça résonnait dans le matelas. Je commençais à m'endormir et hop tout à coup à nouveau réveillée comme en plein jour. Est-ce que ça veut dire que je ne peux pas me passer de substitut? Je pensais bientôt arrêter les patchs. Pour moi, je ne serai non fumeuse que quand plus rien ne remplacera la cigarette..

Réponse : Vous avez fait une overdose de fumée. C'est tout. L'organisme se débrouille toujours pour avoir sa dose de nicotine. Pas de patch, mais de la fumée à gogo: pourquoi se priver? sniffons! Voilà ce que s'est dit votre cerveau ce soir-là.
Les symptômes que vous avez présentés: palpitations, insomnies, sont ceux d'un surdosage en nicotine. Vous ne m'auriez pas étonnée si vous m'aviez également parlé de maux de tête et de nausées.
N'arrêtez pas le patch tout de suite. Faites une décroissance progressive en passant de 10  à 5 mg. Choisissez la durée de vos paliers. Mais arrêter trop tôt risque de vous faire rechuter. Les études statistiques montrent que la durée optimale de traitement est 3 mois. Mais 2 mois suffisent en général. Cela dépend de votre état d'esprit et de vos désirs.
Les soirs où vous allez en soirée, gardez le patch. Je pense que vous aurez moins de symptômes, mais vous risquez d'en avoir quand même. L'idéal serait de suggérer à vos amis de fumer dehors, ou ne serait-ce qu'à la fenêtre.

II. Question: J'ai décidé d'arrêter de fumer, mais je ne suis pas sûre que j'ai envie de prendre des patchs. Sont-ils réellement efficaces ? Ne serait-il pas dommage de commencer avec de tels produits alors que mon corps est sevré de la nicotine? Est-ce que ma prise de poids éventuelle serait moindre?

Réponse: Les patchs doublent vos chances de réussir à arrêter de fumer, et ils vous évitent de souffrir des troubles causés par le manque de nicotine. Ils ne vous donnent que 60% de la nicotine que vous obtenez des cigarettes, et sans le monoxyde de carbone, les gaz irritants, les goudrons etc. Les autres substituts nicotiniques sont également efficaces: inhalateur, spray nasal, etc.

III. Question: Les patchs ont-ils des effets secondaires? J'ai commencé ce traitement depuis trois jours, et ne me sens pas bien du tout le matin (sensation de malaise, fatigue) et il m'est impossible de dormir correctement la nuit (réveils nombreux). Est-ce un problème de dosage du patch?

Réponse: Les effets secondaires du patch sont décrits dans la notice d'utilisation. L'insomnie peut être occasionnée par le patch si vous le portez en dormant (patch Nicotinell 24 heures). Mais l'insomnie est aussi un trouble causé par le manque de nicotine, ce qui pourrait indiquer que la dose de nicotine que vous prenez est insuffisante. Dans ce cas, il faudrait augmenter votre dose de patch, et non pas interrompre le traitement. Comme les autres troubles causés par le manque de nicotine, l'insomnie devrait passer avec le temps.

IV. J'ai arrêté depuis plus d'une année mais je ressens une envie irrésistible de fumer. Puis-je réutiliser des patches?

Réponse: Les patches et les substituts nicotiniques servent avant tout à surmonter les difficultés du sevrage. Le sevrage réussi, il n'est pas recommandé d'utiliser des substituts qui viendraient "réactiver", stimuler les récepteurs nicotiniques de votre cerveau. L'envie est sûrement plus d'origine psychologique: des changements de vie ou un stress, par exemple, peuvent en être la cause, la cigarette ayant été avant l'arrêt un moyen habituel de gérer ces problèmes. D'autres moyens sont à disposition pour faire face à ce type d'envie. Il existe même une multitude de solution, le défit est de trouver la stratégie qui vous convienne personnellement pour répondre à votre situation actuelle. Discuter sur les forums ou avec un professionnel peut vous permettre de trouver une technique qui vous avait échappée jusque là.

Réponse du Dr. Akram Chafei, médecin tabacologue (Caire, Egypte) qui vous répond par video

Gommes de nicotine

Question: Je prends des gommes, mais j'ai peur de ne plus pouvoir m'en passer. Est-ce que je peux en devenir dépendant ?

Réponse: Il ne faut pas surestimer le risque de dépendance aux gommes. Parmi les personnes qui ont cessé de fumer en utilisant des gommes, seulement 16% les utilisent encore un an plus tard, contre 6% dans pour des personnes utilisant une gomme placebo (sans nicotine). Donc seulement 10% (16 à 6) continuent à avoir besoin de nicotine. Cela ne veut pas dire qu'ils en sont dépendants. Il se peut aussi que ces personnes ont besoin de nicotine pour éviter de recommencer à fumer. Le risque que vous devez considérer est le risque de rechute. Même parmi les personnes qui ont arrêté de fumer depuis un mois, la moitié environ aura recommencé à fumer après un an. Mon conseil est que vous continuiez à prendre les gommes durant trois mois après l'arrêt.

Infos générales sur les substituts

I. Question: Est-ce que je risque de devenir dépendant aux substituts nicotiniques?

Réponse: La nicotine ne provoque pas toujours une dépendance. La nicotine dans la fumée des cigarettes provoque une dépendance parce qu'elle atteint très rapidement le cerveau (en 7 secondes). En revanche, la nicotine délivrée par un 'patch' pénètre lentement à travers la peau. Elle ne donne pas le 'plaisir' que peuvent ressentir les fumeurs après une cigarette. Donc la nicotine délivrée par les patches n'engendre pas de dépendance, contrairement à la nicotine des cigarettes. La nicotine délivrée par les gommes et l'inhalateur pénètre lentement à travers la bouche. Il n'y a pas d'évidence scientifique que les gommes et l'inhalateur de nicotine engendrent la dépendance. La nicotine délivrée par le spray nasal parvient plus rapidement au cerveau que celle délivrée par les gommes et l'inhalateur, mais beaucoup plus lentement que celle délivrée par les cigarettes. Le risque de devenir dépendant du spray nasal de nicotine est faible.

II. Question: J'ai arrêté de fumer depuis 11 mois et demi. Je fumais 50 à 80 cigarettes par jours depuis des lustres. Je mâche de 2 à 5 gommes de 4mg par jour, uniquement pendant le travail. Pendant mes trois jours de repos (je travaille à 80%) c'est rare que je prenne des gommes.

1. Suis-je dépendant ?

2. Est-il souhaitable de faire un effort d'arrêter les gommes ?

3. Quels sont les effets de la nicotine pure?

Réponse:
1.On ne parle pas de dépendance aux substituts en nicotine avant 1 an d'utilisation (mais on y est presque!) et la notion de dépendance nécessite la présence d'au moins 3 critères, parmi 7 critères pour lesquels je n'ai pas assez d'éléments chez vous. Cependant le fait que vous soyez 3 jours sur 7 sans gommes suggère que si dépendance il y a, elle est surtout psychologique et vraisemblablement pas physique.
2. Idéalement ça vaut la peine d'essayer d'arrêter progressivement les gommes en les baissant par paliers d'une semaine afin de réduire les effets secondaires éventuels (douleur de la mâchoire, brûlures, nausées) et les coûts. Il n' y a pas d'effet secondaire sérieux dû à l'usage à long terme des gommes. Ce qui est le plus important, c'est de maintenir l'arrêt du tabac.
3. La nicotine, lorsqu'elle est fumée, a comme effet principal de rendre dépendant à cause de ses effets positifs sur le psychisme: plaisir, stimulation de l'humeur, la concentration, de l'attention, réduction de l'anxiété. Elle ne joue pas de rôle direct pour causer les maladies dues au tabac qui sont dues à de nombreuses parmi les 4000 substances présentes dans le tabac fumé.


III. Question: J'ai fait un infarctus il y a quelques mois, je dois impérativement arrêter de fumer complètement. Ai-je droit aux substituts nicotiniques?

Réponse: Comme vous avez déjà eu un infarctus, il est tout à fait clair qu'il ne peut être que bénéfique pour vous et votre santé de cesser de fumer. Ma 1ère recommandation est de trouver un professionnel de santé, si possible, un médecin qui vous aide et vous suive dans cette démarche. Cela peut-être votre médecin traitant ou une consultation spécialisée qui se trouvent généralement dans les grands hôpitaux (HUG à Genève). Ensuite vous ferez un plan d'arrêt complet qui doit être bien préparé car les réductions progressives aboutissent rarement.
Enfin je vous recommande un traitement médicamenteux soit sous forme de substitut en nicotine soit sous forme de Zyban, éventuellement des 2. Ces traitements doublent vos chances de succès.
Il est tout à fait possible, même après un infarctus, de prendre des substituts en nicotine. Les réticences à prescrire les substituts aux patients cardiaques datent d'un autre âge. On sait bien maintenant que ces produits ne sont pas dangereux car la nicotine rend dépendant mais ne cause pas les maladies notamment cardiaques. De plus les doses sont plus faibles qu'avec la cigarette qui apporte en plus 4000 substances toxiques dont une partie cause les maladies. Par conséquent vous pouvez utiliser les substituts en nicotine, peut-être en les combinant, mais le choix devrait être fait avec la personne qui vous suivra. Enfin il faudra préparer les stratégies de prévention de la rechute pour rester ex-fumeur à long terme.

IV.Question: En vue de s'arrêter totalement, peut-on utiliser un inhalateur et en 'fumer' quelques unes dans la journée ( 3 environ) ? Est-ce dangereux ?

Réponse: Une fois de plus le danger ne se situe pas dans la nicotine et les substituts nicotiniques mais dans la fumée de tabac qui contient plus de 4000 substances dont beaucoup sont nocives! La meilleure méthode pour s'arrêter de fumer n'est pas de réduire progressivement mais de s'arrêter complètement. Néanmoins certains préfèrent réduire jusqu'à un certain palier en-dessous duquel il est difficile de descendre et qui nécessite alors un arrêt complet. A 3 cigarettes/jour tu es mûr(e) pour passer à l'arrêt et faire une fois pour toutes le deuil de la cigarette. L'arrêt ne surviendra pas par enchantement mais seulement si tu le décides. Ce qui est dangereux c'est de continuer à fumer en plus faible quantité, car si aucune décision d'arrêt n'est prise vous allez retourner progressivement à votre consommation antérieure. En effet l'écrasante majorité de fumeurs n'arrive pas à maintenir à long terme une réduction importante. Pour aider à faire cette réduction il est possible d'utiliser un substitut en nicotine comme l'inhalateur qui permet de limiter le nombre de cigarettes sans danger puisqu'il n'apporte que la nicotine. De même l'inhalateur se révélera très utile pour calmer les symptômes de sevrage à l'arrêt du tabac. Il faut l'utiliser sur une période de 2-3 mois en diminuant le nombre de cartouches dès le 2ème mois.

 

  • icon Appli Stop-tabac pour Android et iOS (Gratuit)
  

Appli Stop-tabac (Gratuit)

Choisissez votre version:           Android android logo           iPhone  IOS

Cette application vous aide à arrêter de fumer. 

Développée par des experts de l'arrêt du tabac de l'Université de Genève, elle vous propose gratuitement des conseils personnalisés. Après avoir défini votre profil, vous pourrez accéder à des conseils et un journal de votre consommation. Pour accéder à l’application, vous devez participer à une étude d’évaluation avec questionnaire de suivi après quelques mois.

bandeau bottom
 

Documentation

brochures

Brochures - Images - Autocollants

www.stop-alcool.ch

http://www.stop-cannabis.ch

logo